Les dossiers de carrière des officiers de l’armée de terre 1941-1970

Pour des étudiants et des chercheurs travaillant sur des questions relatives à l’armée française pendant les années de décolonisation, il peut être intéressant de retracer les parcours biographiques d’officiers. Le Service historique de la Défense (SHD) leur offre la possibilité de consulter certains de leurs dossiers de carrière. Nous nous proposons dans ce billet d’explorer les modalités techniques d’une telle consultation et les possibilités que recèle ce type de documents.

Comme toutes les archives du SHD, le processus d’archivage se décompose en trois phases. Ces documents ont d’abord été produits par la Direction du personnel militaire de l’armée de terre (DPMAT). Leur fonction première est de recueillir les informations utiles à la gestion de la carrière des officiers, en particulier leur avancement et le calcul des soldes et pensions. Une fois l’officier rayés des cadres, le dossiers est versé au Bureau central des archives administratives militaires de Pau. Des versements regroupant l’ensemble des officiers ayant terminé leur carrière (rayé des cadres) pendant une même période sont par la suite effectués au Service historique de la Défense de Vincennes. Pour la période qui nous intéresse, ces versements sont souvent désignés par la cote 8Ye. C’est néanmoins un peu plus compliqué. Le fonds 8Ye à proprement parler comprend tout les dossiers des officiers rayés des cadre de 1941 à 1960. S’y sont agrégés trois autres versements respectivement pour la période 1961-1968, et les années 1969 et 1970. Effectués après la création du SHD en 2005, c’est trois derniers versements ne relèvent pas techniquement du fonds 8Ye dont l’appellation date du système d’archivage propre au Service historique de l’armée de terre (SHAT) avant sont intégration au sein du SHD. Leurs cotes commencent par GR 2000 Z.

Accéder à ces documents nécessite tout d’abord pour le chercheur un examen des inventaires. Il n’existe pas d’inventaire papier, ni de document au format pdf disponible sur le site du SHD. Il faut donc demander à l’accueil scientifique l’accès à un des ordinateurs se trouvant dans la salle contiguë. L’inventaire est un document Excel comprenant cinq feuilles, trois pour le premier versement et une pour chacun des trois suivants. Une recherche par nom propre[1], à recommencer sur chaque feuille, permet ( ou non, si la personne recherchée a été rayé des cadres après 1970) de retrouver la cote du dossier souhaité. Comme pour la plupart des archives du service, il faut faire une demande de dérogation pour les dossiers clôturés il y a moins de 50 ans.

Un problème fréquent est celui des homonymes. Les Martin et Dupont sont en effet légion. Il est donc fort utile de connaître le ou les prénoms des personnes recherchées, ainsi que leurs dates de naissance, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises une fois les dossiers disponibles. Pour ce faire, un conseil, la bibliothèque de l’armée de terre comprend une série d’annuaires des officiers d’active. Ils recensent l’ensemble des cadres de l’armée de terre classés par armes, services, grades et avancement. Il est assez facile d’y trouver les éléments manquant à l’identification fine des officiers étudiés.

Que trouve-t-on dans ces dossiers ?

Il ne faut pas s’attendre à y trouver les éléments d’une biographie exhaustive. Leur fonction première est administrative d’où la sécheresse du propos. Y figurent principalement des éléments d’état civil, les états signalétiques de services retraçant les affectations successives de l’officier, ses notations par ses supérieurs, les textes de ses citations et de ses décorations. Assez pour esquisser une fiche biographique professionnelle sommaire. Au-delà de cette approche biographique au premier degré, de telles informations pourraient être mises en série dans l’optique d’un travail prosopographique. Une telle approche permettraient de comprendre les parcours collectifs en les insérant dans une temporalité longue et ainsi de nuancer les continuités et les ruptures supposées.

Un autre aspect qui nous semble pouvoir retenir l’attention est la standardisation des systèmes de notation par le moyen d’imprimés. Ces méthodes s’inscrivent à la croisée d’une volonté de rationaliser la gestion du personnel militaire et de la prégnance des représentations de l’officier idéal promues par l’institution. Une étude des textes de citations éclaireraient également comment l’armée française bouleversée par les changements techniques et les guerres d’outre-mer se donne en modèle à elle-même

Bref, qu’il s’agisse de retracer la carrière d’un individu ou le parcours d’un groupe mais aussi  de s’interroger sur les techniques de gestion des effectifs mises en place après la seconde guerre mondiale ou sur les représentations que le corps des officiers se fait de lui-même, nous disposons ici d’une ressource trop peu exploitée et encore riche de promesses.


[1] CTRL-F ou « rechercher » dans la colonne « édition »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *