Relire La Crise militaire française (1944-1962) de Raoul Girardet.

Raoul Girardet (dir.), Jean Pierre H. Thomas, Paul M. Bouju, La crise militaire française (1944-1962), Paris, Ed. de la FNSP, 1964

            Contemporain engagé des événements qu’il commente et analyse, Raoul Girardet est, avec Jean Planchais[1] dans un autre registre, un des auteurs qu’il convient de lire lorsque l’on se penche sur l’armée française pendant la période des décolonisations. Le texte qui suit se veut un retour historiographique, sommaire et incomplet, sur les écrits de ce grand nom de l’histoire contemporaine et des sciences politiques. Nous porterons notre attention sur un ouvrage collectif, dont il est le maître d’œuvre. Paru en en 1964 dans la collection des Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, La Crise militaire française (1944-1962)[2] nous semble en effet intéressant à deux points de vue : son approche sociologique et statistique du corps des officier demeure un outil important pour les chercheurs contemporains tout en posant des analyses fondatrices qui ont rarement été discutées depuis. C’est que nous essayerons de faire. Nous évoquerons nécessairement, au cours de notre étude, les aspects biographiques qui peuvent nous permette de saisir la complexité du rapport qu’entretient R. Girardet avec son objet d’étude.

            La Crise militaire française (1944-1962) peut être comprise comme une tentative, alors que les derniers feux du conflit algérien s’éteignent, d’effectuer un retour scientifique sur la situation sociale et politique de l’armée après ces presque vingt années. Une réelle prise de recul, qui ne se limite pas à une posture rhétorique, traverse l’ensemble de l’ouvrage et contraste avec les engagements de Raoul Girardet, qui fut un des intellectuels civils participant à l’élaboration de la doctrine antisubversive de l’armée et un partisan convaincu de l’Algérie française. Si cette volonté de « substituer le seul souci de l’étude, de la compréhension et de l’explication » aux « arrières pensées apologétiques ou partisanes »[3]  est remarquable, la grande proximité de Raoul Girardet avec l’institution militaire ne peut manquer d’interroger le lecteur. En effet, comment utiliser cette œuvre, à la fois sources et littérature scientifique, et cet auteur, acteur autant que commentateur ? Ce statut ambigu exige du lecteur une prise de recul au moins aussi important que celui de l’auteur.

 Une sociologie du corps des officiers

            L’ouvrage s’organise en trois parties distinctes. Les deux premières s’intitulant « Problèmes de recrutement » et « Problèmes de structure et de mode de vie » sont le fruit de la collaboration entre Raoul Girardet, qui dirige ce travail, Jean Pierre H. Thomas et Paul M. Bouju. Elles sont le fruit d’une « commission de sociologie militaire » active en 1959 et 1960 « sous le double patronage de l’Ecole Supérieure de Guerre et de la Fondation Nationale des Sciences Politiques»[4] (FNSP). Elles déploient une analyse statistique remarquablement riche qui conserve tout son intérêt pour les chercheurs actuels. Ces études peuvent permettre, en particulier, de mettre en perspective tout travail proposographique portant sur un groupe d’officiers en fournissant des éléments d’étalonnage rendant possible une comparaison d’ensemble.

            Insistant sur les profondes mutations que connaît alors l’armée, ces deux études mettent en évidence une série d’évolutions. Le nombre croissant d’officiers issus du rang ou du corps des sous-officiers, l’importance du nomadisme et des ruptures familiales, répondent au  relatif déclassement des élites militaires vis-à-vis des élites civiles. De même, la césure entre armes combattantes et armes techniques influence l’évolution des valeurs motivant l’engagement des cadres de l’armée. Souvent perçu comme une société close – la carrière d’officier est souvent  une tradition familiale -, c’est un monde s’ouvrant sur la société civile qui est décrit. Ces analyses sont richement illustrées par de nombreux tableaux et graphiques qui offrent un cadre de réflexion toujours fort appréciable.

            Pour utiliser ces données, ils est nécessaire de comprendre la logique qui a présidé à leur production et de les inscrire dans le cadre plus vaste de l’usage des sciences humaines par l’institution militaire, usage qui connaît un essor notable lors des années 1950. Cet essor correspond à une collaboration accrue entre institutions militaires et instituts civils ou universitaires, comme la FNSP ou l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Il s’agit d’abord de produire des connaissances pratiques, utilisables dans la gestion du personnel militaire ou dans les rapports entre armée et population, comme l’enquête psychologique menée au sein de la troupe, mentionné par Ludivine Bantigny, dans Le plus bel âge ?[5]. Cette collaboration a aussi pour objet la formation des cadres chargés de superviser l’action psychologique en particulier au sein du Centre d’instruction interarmées de l’arme psychologique (CIIAP). Elle se manifeste également, dans une moindre mesure et de manière moins rigoureuse, en Algérie, dans la volonté du commandement militaire de saisir l’opinion des populations algériennes. Il faut donc comprendre La crise militaire française comme un des résultats pratiques de cette collaboration. Les données produites, bien qu’élaborés en 1959 et 1960, à l’apogée de l’action psychologique, participent, en 1964 lors de leur publication, de la mise en place de nouveau mode de gestion d’une institution bouleversée par les redéploiements stratégiques initiés par De Gaulle, les conséquences du putsch d’avril 1962 et de la répression des officiers activistes.

Un paradigme de la politisation de l’armée      

            La chronologie de la production de ses données et de leur analyse, la position institutionnelle de leurs auteurs doivent absolument être prise en compte pour aborder le dernier tiers de l’ouvrage « Problèmes moraux et idéologiques ». Celui-ci participe d’effort de théorisation de la politisation de l’armée française, que Raoul Girardet semble être, à notre sens, le premier à avoir construite. Cette réflexion est matérialisée par la parution en 1953 de la première édition de La société militaire[6] et suivi par un article[7] et une bibliographie commentée[8] publié dans la Revue française de sciences politiques en 1960. Ces textes et les éditions postérieures de La société militaire se répondent, des chapitres étant intégralement ou en partie repris d’un écrit à l’autre. Ainsi, des sections de l’article Pouvoir civil et pouvoir militaire écrit en 1959, et publié en 1960, sont mobilisées dans La crise militaire française et dans les dernières éditions de La société militaire. Il ne faut donc pas concevoir cette troisième partie comme une suite déductive des analyses statistiques des deux premières parties mais comme la continuation d’une réflexion entamée postérieurement et parallèlement à l’enquête statistique.

            Raoul Girardet dessine ici ce qui constitue, à nos yeux, un paradigme historiographique encore dominant dans la compréhension de la politisation militaire de l’après-guerre. Ce paradigme peut se résumer ainsi : la doctrine de l’obéissance passive élaborée au cours du XIXème siècle est battue en brèche par la défaite de 1940 et l’échec indochinois. L’expérience du combat contre le Vietminh et de ses méthodes de guerre politique conduit à l’élaboration de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et à la mise en place de « l’action psychologique », qui s’imposent ensuite lors du conflit algérien. Au début de la guerre d’Algérie, une partie de l’armée a renoncé à son traditionnel apolitisme. Elle apparaît « – bien plus sans doute qu’un prolétariat ouvrier dont les modes de vie étaient en pleine mutation – comme l’une des très rares forces, peut-être même la seule force révolutionnaire capable de menacer l’ordre établi »[9].  Les pratiques de « guerre dans la foule » façonnent « une guerre dont les formes mêmes conduisent inéluctablement ceux qui ont la tache de la poursuivre à l’élaboration d’une politique et d’une politique qui les engage dans une direction qui leur apparaît bientôt comme irréversible. »[10] Les hésitations des gouvernements de la 4ème République puis les revirements de la politique gaulliste achèvent de radicaliser les factions de la « jeune armée » les plus engagées en faveur de l’Algérie française. Cette radicalisation aboutit à l’intervention de l’armée en mai 1958 pour se heurter finalement, en avril 1962, au loyalisme et à la passivité de la « vieille armée ». Le retrait d’Algérie et la répression des réseaux activistes au sein de l’armée achèvent la « reprise en main » de l’institution par les autorités civiles

 Empathie, armée révolutionnaire et sentimentalité militaire

            Pour fonder cette analyse, Raoul Girardet n’a pu s’appuyer sur les archives militaires alors inaccessibles. Il illustre donc son propos d’extraits de conférences produites par des théoriciens militaires ou d’études d’ordre journalistique, de citations d’articles publiés dans la presse militaire ou même d’œuvres romanesques. Ses études se nourrissent, on le devine aisément, d’une profonde empathie de leur auteur envers le monde militaire dont il a une connaissance intime – il est issu d’une famille d’officiers – mais aussi professionnelle. Raoul Girardet est, en effet, un de ces intellectuels civils qui participent alors à l’instruction militaire et donc, dans une certaine mesure, à l’émulation intellectuelle qui conduit à l’élaboration ce qu’il est convenu d’appeler la « doctrine de guerre révolutionnaire ». Il intervient, par exemple, dans le cadre du Centre d’instruction interarmées de l’arme psychologique, au moins de 1958 à 1961[11].

            Ce  rapport aux sources et cette proximité avec l’institution doivent être prise en compte à la lecture de ce texte. Le discours développé par Girardet ne peut plus être compris comme une simple analyse scientifique. Il est aussi un prolongement du discours de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et un récit sentimental de ses vingt années de guerres et de défaites.  Un jeu d’échos opère, où les thèmes et analyses propres à la doctrine sont omniprésents sans être directement identifiés ou identifiables. Ainsi, Girardet utilise les citations falsifiées typiques de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » : la « guerre dans la foule », expression du capitaine Némo est, par exemple, attribuée à Mao Tsé-toung, dans une manœuvre rhétorique visant à reporter sur l’ennemi les efforts doctrinaux français afin de les légitimer[12]. De même, mentionnant « la recherche d’une « doctrine » globale susceptible d’être efficacement opposée au marxisme-léninisme »[13], l’auteur valide sans critique l’obsession anticommuniste ayant alors cours au sein de l’armée et rend compte d’une recherche à laquelle il a pleinement participé par son enseignement au CIIAP.

            Un des points notables de l’analyse de Girardet est la mention « d’un état d’esprit révolutionnaire à l’intérieur de certaines fractions de l’armée française »[14]. Cette mention est difficile à évaluer et à manipuler pour le chercheur contemporain car l’auteur se fait ici l’écho d’un « hidden transcript » qui a laissé, somme toute, peu de traces dans les archives. Si certaines conférences du Centre d’instruction pacification et contre-guérilla d’Arzew témoignent explicitement de l’existence de cette « armée révolutionnaire »[15], ces discours et cette volonté demeurent cependant minoritaires, en rupture totale avec le discours de la haute hiérarchie. Ils ne peuvent s’exprimer que dans des espaces relativement autonomes. Raoul Girardet, qui a évolué dans certains de ces espaces, se fait ici le porte parole de ces options minoritaires, sans en analyser le contenu et au risque de les surévaluer.

            L’analyse de Girardet privilégie l’inscription de l’armée dans un contexte socio-politique national et impérial, au risque de négliger l’importance du contact colonial réduit à la « pacification » et à la « tragédie de l’abandon ». La politisation de l’armée, le développement de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et de l’action psychologique ne sont pas analysés comme l’expression des spécificités de l’action militaire dans l’espace coloniale et de son rapport aux populations colonisées. Se bornant à faire de ces schémas le résultat « inéluctable » de la lutte contre un ennemi pratiquant « la guerre dans la foule », il s’interdit de percevoir les nombreuses interactions entre l’armée et les populations vietnamiennes ou algériennes déterminantes dans ces processus qui tendent à transformer ces conflits coloniaux en véritables guerres civiles. Seule l’étude des acteurs et de leur action politico-militaire au niveau local pourra permettre de nuancer cette inéluctabilité, par trop univoque, et de replacer ces expériences dans leurs contextes coloniaux spécifiques.

            Pour expliquer les évolutions politiques de l’armée, Girardet s’appuie sur un discours, encore très fort de nos jours, qui pourrait être décrit comme celui de la « sentimentalité militaire ». Les valeurs militaires de discipline, d’honneur, de parole donnée, et leurs corollaires négatifs, l’amertume, le mépris, la révolte sont largement évoqués comme des schémas explicatifs, au besoin en citant des auteurs militaires, sensément représentatifs de l’état d’esprit du corps des officiers, tels Jean Yves Alquier ou Philippe Héduy[16]. Ici encore, Girardet se fait porte parole et produit un récit dont les acteurs sont l’armée, les officiers et la nation et dont la valeur analytique nous paraît sujette à caution. Comment prendre en compte les dilemmes moraux de ces officiers ? Que recouvrent ces discours et ces récits produit a posteriori ? Nous offrent-ils des clefs pour la compréhension des événements ou masquent-ils au contraire une réalité plus contrastée sur laquelle la conscience des acteurs n’a eut qu’une prise minime ? Voilà autant de questions que le chercheur devra éclaircir.

            Recourir comme le fait Girardet aux idées de « crise » ou de « malaise » pour qualifier la situation de l’armée lors de ces quasiment vingt années, pose, à nos yeux un réel problème. Toutes deux sont à placer dans le registre de la métaphore organiciste, qui font de l’armée un seul et même corps sujet à la maladie, à la blessure, aux troubles de conscience. Nous nous affrontons ici à un lieu commun de la représentation de l’armée en régime démocratique. En effet, la crise et le malaise semblent permanent et paraissent relever d’une manière de se représenter les rapports de cette institution particulière avec l’autorité et la société civile.  Autant l’approche statistique développée dans les deux premiers tiers de l’ouvrage offre toujours un réel intérêt scientifique, autant l’approche morale de Girardet doit être considérée comme un objet d’étude. C’est toute l’ambiguïté de cet ouvrage, à la fois source et littérature scientifique et de son principal auteur, chercheur et acteur. Si ses sympathies politiques à l’égard de l’OAS et son nationalisme ne paraissent pas interférer brutalement avec son analyse, il n’en demeure pas moins qu’il nous offre à lire un discours profondément enraciné dans l’institution et dans la société militaire. Il demande, en le relisant maintenant, à être étudié comme tel, d’autant plus qu’il a fortement imprégné nos perceptions historiques et la définition de l’objet historiographique qu’est la « doctrine de la guerre révolutionnaire ».


[1] De Jean Planchais, journaliste du Monde spécialiste des affaires militaires, on peut lire entre autres :

Jean Planchais, Le Malaise de l’armée, Paris, 1958.

Jean Planchais, Une histoire politique de l’armée, Paris, 1967.

[2] Raoul Girardet (dir.), La Crise militaire française (1944-1962), Paris, Ed. de la FNSP, 1964.

[3] Ibidem, p.8.

[4] Ibidem, p.9

[5] Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ?, Paris, Fayard 2007, p.312 et suivantes.

[6] Raoul Girardet, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris Plon, 1953.

[7] Raoul Girardet, « Pouvoir civil et pouvoir militaire dans la France contemporaine » in Revue française de science politique, 10e année, 1960, n°1, p. 5-38.

[8] Raoul Girardet, « Problèmes militaires contemporains : État des travaux ,. in Revue française de science politique, 10e année, n°2, 1960. p. 395-418.

[9] Raoul Girardet,  (dir.), La crise… op.cit., p.171.

[10] Ibid., p.197.

[11] Sur l’utilisation de citations falsifiées dans la doctrine de la guerre révolutionnaire, voire : Gabriel Périès, « Au nom de l’ennemi : tactiques de la parole doctrinale dans le discours militaire français », in Mots, vol. 63, n° 1, p.60-73, 2000.

[12]Sur le CIIAP, voire Marie Catherine et Paul Villatoux, La République et son armée face au « péril subversif, Paris, les Indes Savantes, 2005, p. 436.

[13] Raoul Girardet,  (dir.), La crise… op.cit., p.182.

[14] Ibid., p. 173.

[15] SHD, 1 H 2524 bis, conférences « Le problème algérien » ou encore « La guerre psychologique en Algérie »

[16] Jean Yves Alquier, Nous avons pacifié Tazalt, Paris, R Lafont, 1957.

Philippe Héduy, Au lieutenant des Taglaït, Paris, la Table Ronde, 1960.

R. Girardet semble avoir entretenu une certaine proximité avec ces auteurs. Ainsi, en 1957, il écrit la préface et collabore avec Jean-Yves Alquier à Ceux d’Algérie, un recueil de lettres de rappelés précédé d’un débat. En 1960, il participe avec Philippe Héduy à l’écriture de la revue l’Esprit Public, journal pro-OAS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *