Archive : Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire

Voici un autre document issu de nos collections personnelles. Il s’agit ici d’une brochure éditée par le 5ème bureau de la Xème région militaire (Algérie) en 1958. Les 5ème bureaux sont des organismes typiques de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Créés en juillet 1957 et dissouts en février 1960, ils étaient chargés, au sein des états-majors, de nombreuses tâches regroupées sous le vocable « action psychologique ». Ses missions comportant la propagande en direction des officiers, de la troupe, et de la population algérienne, les mènent à concevoir un programme politique prônant une réforme radicale de la société coloniale, l’intégration, et donc à assumer une position tranchant avec le principe de soumission du militaire au politique.

Rédigé par un officier du 5ème bureau d’Alger, cette brochure participe de l’effort de documentation des officiers itinérants d’action psychologique (OI).  Le corps des OI, créé en 1956, est chargé de « porter la bonne parole » au sein des unités stationnées en Algérie et de leur faire comprendre la nécessité de l’action psychologique. Souvent considérés comme des commissaires politiques, ces officiers, recrutés parmi d’anciens prisonniers du Vietminh,  sont dotés d’une importante documentation devant les aider à convaincre leurs homologues en poste en Algérie. « Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire » en est issue.

Son objet principal est de prouver l’illégitimité du mouvement nationaliste algérien en traçant un historique du FLN inséré dans les théories alors en cours portant sur la « guerre révolutionnaire ». Son avant-propos fait donc logiquement référence aux écrits du colonel Lacheroy sur  le « scénario-type de la guerre révolutionnaire » que nous vous avons présentés précédemment. Son découpage en cinq parties répond aux cinq phases distinguées par Lacheroy.

La collusion entre nationalisme algérien et communisme international prime dans l’argumentaire déployé. Dans les faits, les rapports entre le FLN et les communistes sont chaotiques et le soutien soviétique principalement diplomatique. Les mouvement anticolonialistes sont présentés comme le fruit direct de la révolution bolchévique, « d’un plan dont le communisme international est le principal inspirateur, et le seul bénéficiaire ».  L’influence du communisme sur la genèse du mouvement messaliste est sans cesse soulignée, de même que l’influence de l’Égypte nassérienne sur le déclenchement de l’insurrection. Le nationalisme algérien est perçu comme une construction artificielle servant les intérêts de Moscou

La conclusion à laquelle parvient le capitaine Mercier est pour le moins surprenante. Pour lui, le FLN a mal interprété « les maîtres de la guerre révolutionnaire » et « ne fait plus la Guerre révolutionnaire et […], s’il la fait, il la fait mal ». Au lieu d’accepter l’idée que le FLN agit et se développe pragmatiquement, sans grandes théories préconçues, au gré de la répression française et des dissensions internes, Mercier ne voit qu’un grand plan ourdi de Moscou et mal exécuté. Or, ces théories sur les phases de la guerre révolutionnaires ne sont ni marxistes, ni frontistes, mais bien celles de militaires français cherchant à comprendre un ennemi qu’il saisissent difficilement. De fait, en Algérie, les principaux « maîtres de la guerre révolutionnaire », au sens où l’entend Mercier, sont français.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *