Journées d’étude « doctrine de la guerre révolutionnaire »

Le mardi 2 avril et le mercredi 3 avril, à l’Institut historique allemand de Paris, deux journées seront consacrées à la « doctrine de la guerre révolutionnaire ».

La « doctrine de la guerre révolutionnaire », terme désignant l’ensemble des méthodes contre-insurrectionnelles mises en œuvre par l’armée française au cours de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), a suscité un vif intérêt historiographique suite aux débats sur la torture au début des années 2000. Pour autant, l’usage du terme n’est pas sans soulever quelques problèmes : en effet, le vocable « doctrine de la guerre révolutionnaire » ne fut pas utilisé par les « doctrinaires » de l’armée française pour nommer leurs propres théories et pratiques, mais plutôt pour désigner celles, supposées, de leur adversaire – le Front de Libération Nationale et l’Armée de Libération Nationale.

Il faut attendre la deuxième moitié de la guerre d’Algérie pour que l’appellation « doctrine de la guerre révolutionnaire », appliquée aux méthodes françaises, se diffuse dans l’espace public. Et bien que les promoteurs des procédés de la lutte politico-militaire contre le FLN/ALN affirmaient indispensable l’unité de doctrine et de méthodes, la « DGR » doit avant tout son nom à sa dénonciation par plusieurs de leurs adversaires politiques : la presse progressiste et la haute hiérarchie militaire gaulliste. La guerre finie, l’idée d’une doctrine française disparaît rapidement du débat public : c’est aux Etats Unis que la French revolutionary warfare attire l’attention des chercheurs et des stratèges d’une Amérique s’engageant dans la guerre du Vietnam, et il faut attendre le début du siècle pour que des historiens, des politologues et des journalistes s’emparent de ce qui est maintenant fréquemment désigné par le sigle « DGR ».

 Ces journées auront pour but d’approfondir la réflexion sur cet objet historiographique qu’est la « doctrine de la guerre révolutionnaire », en s’intéressant à sa théorie et à ses pratiques dans la guerre d’indépendance algérienne et au delà. Trois axes sont suggérés dans cette perspective : 1) les modalités d’élaboration d’une doctrine contre-insurrectionnelle par l’armée française 2) les pratiques politico-militaires des acteurs investis sur le terrain algérien, et 3) les circulations transnationales de ces théories et ces pratiques politico-militaires, qui sont au cœur d’une histoire connectée des rapports entre armées et sociétés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *