Sigles et abréviations: le language de la modernité

Le Service historique de la Défense a récemment mis en ligne un instrument que béniront les chercheurs qui arpentent les dédales administratifs de l’institution militaire : le Lexique des sigles et abréviations civils militaires, 1939-1964 de Michel Serge Hardy. Trois cent pages de sigles et acronymes. Ce travail de bénédictin rend encore plus évident la propension du monde militaire à produire un langage spécialisé dont l’hermétisme peut déstabiliser les jeunes chercheurs peu accoutumés à un telle floraison d’acronymes.
Au-delà de l’utilité indéniable de ce lexique, une histoire culturelle du monde militaire ne peut faire l’économie d’une réflexion critique du fait langagier. Que recouvre cette abondance de sigles ? Comment s’inscrit-elle dans la société militaire ? Quelles sont les conditions de sa production ? Nous n’entendons pas dans ce court billet répondre à ces questions mais simplement ébaucher quelques pistes de réflexion.
Premièrement, il apparaît évident que ce vocabulaire est à comprendre comme un reflet de la nature organisationnelle de la société militaire, composée de nombreux corps et échelons hiérarchiques. Les sigles permettent l’identification des sous-ensembles qui composent l’armée et la codification de leurs rapports mutuels. Désigner, nommer, classer se réfèrent donc à une activité d’organisation rationalisée. Il s’agit, sous cet angle, d’une recherche d’efficacité sans signification politique particulière.
Deuxièmement, l’institution produit ici un langage qui lui est propre et dont la maîtrise relève d’un savoir administratif, attribut du pouvoir hiérarchique. Etre capable d’utiliser ce langage et plus simplement de le comprendre permet d’agir dans les rapports de pouvoir qui parcourent l’institution. Les sigles sont donc les mots d’un langage de pouvoir, s’exprimant au sein de l’institution mais aussi dans la délimitation entre l’intérieur et l’extérieur. Ils portent et résument autant l’identité militaire en général que les identités collectives des corps et régiments, comme, dans un autre registre, les sigles désignant des organisations politiques.
Troisièmement, la siglaison apparaît comme une des expressions langagières de la modernité. Il s’agit de nommer le nouveau, là où le chiffre et le mot ne suffisent plus. Dans ce siècle des sigles qu’est le 20ème siècle, l’armée ne se comporte qu’avec un entrain légèrement supérieur au reste de la société. Ce fait est particulièrement prégnant dans le vocabulaire militaire propre à la guerre d’Algérie où l’usage du sigle déborde le monde militaire et permet la désignation de la société algérienne et de l’ennemi. Ainsi la désignation des Algériens par tout une série d’abréviation, (FSNA, FMA, FSC… ) marque l’exercice d’un pouvoir par l’acte de nommer, de désigner comme français et dans le même mouvement de distinguer des Français, mais  recouvre aussi le refus des catégories antérieures, comme « indigène ».

Cet usage extensif des sigles par les militaires français nous semble pouvoir être interprété à la fois comme un langage technique, un langage politique et le fruit d’une confrontation avec la modernité technique et politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *