Call for Papers: Armed Forces in Times of Decolonisation (1940-1974), 5–7 February 2014

Over the last twenty years, military history has increasingly focused on social and economic, cultural or political aspects of warfare. Following a workshop in November 2012, this conference aims to contribute to this historiographical trend by combining the most innovative research currently devoted to military history and decolonisation.

From the Second World War to the end of the Portuguese colonial wars, the European armed forces (British, Belgian, French, Dutch, Spanish and Portuguese) were confronted with new experiences of war and politics.

 

The objective of this conference is to better understand how decolonisation could transform the institutions, ideas and practices of the armed forces during and after these wars of independence. From this perspective, a comparative approach allows to better understand the socio-historical context of each colonial situation and enables us to perceive and highlight similarities and differences between these experiences and transformations and, therefore, acquire a clearer picture of the overall impact of these events on the European military.

 

Contributions to this Conference will address a wide range of issues. How do the evolution of European and colonial societies, technical modernisation, changes in customs and representations affect European armies? What social and cultural changes do military institutions face during times of conflict and wars of independence? What were the forms of these changes and how were the challenges that these changes brought about faced? In this context, what relationships do the armies maintain with the political arena before, during and after the conflict? And what are their relations with their civil society, both in their homeland and in the colonies? What experiences of combat and politics emerge from these unconventional wars? How do the different national armies learn from preceding wars and how did ideas and knowledge circulate between the different Western armies?

 

For example, the panel workshop in November 2012 dealt with the production of knowledge and military information, the status of the army in the homeland and colonies, the use of indigenous troops during the conflict of decolonisation, anti-insurgency practices during the Algerian war of independence and the experience of the colonised in the colonial armies.

 

This conference is organised by the research group »Social and cultural history of the French army during the decolonisation« at the German Historical Institute Paris (DHIP) and the European network »Armed Forces in the Times of Decolonisation« (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Raphäelle Branche), University of Birmingham (Peter Gray), the University of Siena (Nicola Labanca) and German Historical Institute Paris (Steffen Prauser). It is intended for researchers and graduate students working on European armed forces during times of decolonisation.

 

We expect works focused on social and cultural history of military and politics in colonial spaces. In this conference, we hope for contributions allowing us to think long a sliding scale from local monographies to global analysis. Preference will be given to comparative approaches between geographical areas or between time periods. We will pay particular attention to the work of young researchers and PhD students.

 

Scientific Committee :

Raphaëlle Branche (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Olivier Dard (Université de Lorraine)

Nicola Labanca (Università di Siena)

Peter Gray (Birmingham University)

Frédéric Guelton (Revue historique des armées)

Luis Rodigues (ISTCE Lisboa)

Steffen Prauser (Institut historique allemand Paris)

 

Hotel and a contribution to your travel expenses will be covered (up to 150 €/France; up to 250 €/flight Europe; up to 900€/flight overseas).

 

The deadline for applications is 15 October 2013.

 

Please send your CV and a short description (max. 500 words, in English) of your contribution to mailto: dleroux@dhi-paris.fr.

The conference will be held at the German Historical Institute in Paris, on 5–7 February 2014. The working language will be English.

Appel à contribution: Armed Forces in Times of Decolonisation (1940-1974), 5–7 février 2014.

Depuis deux décennies, les problématiques qui orientent l’écriture de l’histoire militaire tendent à se renouveler en s’inspirant des questionnements et objets propres à l’histoire sociale et économique, à l’histoire culturelle ou à l’histoire politique. Faisant suite à un atelier organisé en novembre 2012, ce colloque a pour ambition de contribuer à ce mouvement historiographique en réunissant les recherches les plus novatrices actuellement consacrées au fait militaire en situations de décolonisation.

De la Seconde Guerre mondiale à la fin des guerres coloniales portugaises, les forces armées des nations européennes (anglaises, belges, françaises, néerlandaises et portugaises), sont confrontées à de nouvelles expériences de la guerre et de la politique.

L’objectif de ce colloque est de mieux comprendre comment les décolonisations ont pu transformer les institutions, les idées et les pratiques de ces armées pendant et après les guerres d’indépendance. Dans cette perspective, l’approche comparative permettra de sortir du contexte socio-historique propre à chaque situation coloniale. Nous saisirons mieux les similitudes et différences de ces expériences et transformations, et ainsi l’influence globale de ces événements sur le fait militaire européen.

Les contributions à ce colloque pourront couvrir l’ensemble des thèmes qui intéressent potentiellement le fait militaire. Comment l’évolution des sociétés européennes et coloniales, la modernisation technique, les transformations de mœurs et de représentations affectent-elles les armées européennes ? Prises dans les conflits et les guerres d’indépendance, à quels changements sociaux ou culturels les institutions militaires sont-elles confrontées ? Quelles sont leurs formes et comment y font-elles face ? Dans ces contextes, quelles relations entretiennent-elles avec le champ politique avant, pendant et à l’issue des conflits ? Et avec les sociétés civiles, en métropole comme dans les colonies ? Quelles expériences du combat et de la politique émergent de ces guerres non-conventionnelles ? Comment se partagent-elles et circulent-telles d’un conflit à l’autre, d’une armée à l’autre ?

À titre d’exemple, les panels de l’atelier de novembre 2012 traitaient de la production des savoirs et informations militaires, la situation de l’armée entre métropoles et colonies, l’emploi des troupes supplétives indigènes durant ces conflits de décolonisation, les pratiques contre-insurrectionnelles pendant la guerre d’indépendance algérienne, lʼexpérience des colonisés au sein des armées coloniales.
Ce colloque est organisé par le groupe de recherche « Histoire sociale et culturelle de l’armée française pendant la décolonisation » de l’Institut historique allemand (IHA), ainsi que par le réseau européen »Armed Forces in the Times of Decolonisation« (Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Raphaëlle Branche), l’université de Birmingham (Peter Gray), l’université de Sienne (Nicola Labanca) et l’IHA (Steffen Prauser). Il s’adresse aux chercheurs et doctorants travaillant sur les forces armées européennes pendant la décolonisation.

Nous attendons des travaux axés sur une histoire sociale et culturelle du militaire et du politique en situation coloniale. Nous espérons pouvoir articuler, dans ce colloque, des communications permettant de penser les jeux d’échelles, de l’analyse globale à la monographie locale. Nous serons très sensibles aux approches comparatives entre aires géographiques ou entre périodes chronologique. Nous serons particulièrement attentif aux travaux des jeunes chercheurs et doctorants.

Comité scientifique:

Raphaëlle Branche (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Olivier Dard (Université de Lorraine)
Nicola Labanca (Università di Siena)
Peter Gray (Birmingham University)
Frédéric Guelton (Revue historique des armées)
Luis Rodigues (ISTCE Lisboa)
Steffen Prauser (Institut historique allemand Paris)

Les frais de séjour et une partie des frais de déplacement seront remboursés (jusqu’à 150 €/France ; jusqu’à 250 €/vol Europe ; jusqu’à 900 €/vol long courrier).

Les candidatures devront être adressées au plus tard le 15 octobre 2013 à dleroux@dhi-paris.fr.

Les candidats sont priés de nous faire parvenir leur CV scientifique et une courte description de leur contribution d’environ 500 mots en anglais.

Le colloque aura lieu à l’Institut historique allemand, du 5 au 7 février 2014. La langue de travail sera l’anglais.

Journées d’étude « doctrine de la guerre révolutionnaire »

Le mardi 2 avril et le mercredi 3 avril, à l’Institut historique allemand de Paris, deux journées seront consacrées à la « doctrine de la guerre révolutionnaire ».

La « doctrine de la guerre révolutionnaire », terme désignant l’ensemble des méthodes contre-insurrectionnelles mises en œuvre par l’armée française au cours de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), a suscité un vif intérêt historiographique suite aux débats sur la torture au début des années 2000. Pour autant, l’usage du terme n’est pas sans soulever quelques problèmes : en effet, le vocable « doctrine de la guerre révolutionnaire » ne fut pas utilisé par les « doctrinaires » de l’armée française pour nommer leurs propres théories et pratiques, mais plutôt pour désigner celles, supposées, de leur adversaire – le Front de Libération Nationale et l’Armée de Libération Nationale.

Il faut attendre la deuxième moitié de la guerre d’Algérie pour que l’appellation « doctrine de la guerre révolutionnaire », appliquée aux méthodes françaises, se diffuse dans l’espace public. Et bien que les promoteurs des procédés de la lutte politico-militaire contre le FLN/ALN affirmaient indispensable l’unité de doctrine et de méthodes, la « DGR » doit avant tout son nom à sa dénonciation par plusieurs de leurs adversaires politiques : la presse progressiste et la haute hiérarchie militaire gaulliste. La guerre finie, l’idée d’une doctrine française disparaît rapidement du débat public : c’est aux Etats Unis que la French revolutionary warfare attire l’attention des chercheurs et des stratèges d’une Amérique s’engageant dans la guerre du Vietnam, et il faut attendre le début du siècle pour que des historiens, des politologues et des journalistes s’emparent de ce qui est maintenant fréquemment désigné par le sigle « DGR ».

 Ces journées auront pour but d’approfondir la réflexion sur cet objet historiographique qu’est la « doctrine de la guerre révolutionnaire », en s’intéressant à sa théorie et à ses pratiques dans la guerre d’indépendance algérienne et au delà. Trois axes sont suggérés dans cette perspective : 1) les modalités d’élaboration d’une doctrine contre-insurrectionnelle par l’armée française 2) les pratiques politico-militaires des acteurs investis sur le terrain algérien, et 3) les circulations transnationales de ces théories et ces pratiques politico-militaires, qui sont au cœur d’une histoire connectée des rapports entre armées et sociétés.

Archive: conférence « La guerre psychologique »

Durant les conflits coloniaux qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les officiers français, comme leurs homologues britanniques et portugais, ont développé un intérêt poussé pour les questions relevant de la propagande. Il existe dans les archives militaires un important corpus de textes portant sur ces sujets.

La conférence que nous mettons ici en ligne relève de ce genre de préoccupations. Diffusée au Centre d’instruction pacification et contre-guérilla d’Arzew, elle a une histoire complexe qui explique en partie la manière dont elle est structurée. Elle s’appuie sur une première conférence écrite par Antoine Bonnemaison, intitulée : « Les fondements de la guerre psychologique ». Antoine Bonnemaison est un colonel du SDECE, spécialiste de la guerre psychologique, ancien chef du renseignement du Corps Franc Pommiès, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est invité à Alger, à quatre reprises, à la fin de 1957 et au début de 1958, par le général Salan, pour y exposer ses idées sur le sujet à des parterres d’officiers.

C’est à ce moment que le texte de sa conférence est intégré au répertoire des 5èmes bureaux. Il devient un des principaux éléments de l’instruction du CIPCG. Ce centre accueille alors les officiers arrivant en poste en Algérie chargés d’un commandement territorial. Le texte se voit ajouter une longue introduction, « D’où vient la volonté de guerre ? » et quelques modifications mineures. Au CIPCG, la conférence de Bonnemaison devenue « La guerre psychologique » est professée devant des centaines d’officiers, mais aussi imprimée à de nombreux exemplaires. C’est l’origine de la présente version.

De son côté, le commandant Cogniet, infatigable conférencier, s’approprie le texte qu’il modifie sensiblement. Cogniet est certainement l’auteur de la nouvelle introduction. Il rajoute également des considérations tirées des conférences de Charles Lacheroy, et donne au texte une tournure outrancière très personnelle. Il répète cette nouvelle conférence, « La guerre révolutionnaire »,  devant des publics tant militaires que civils, en Algérie mais aussi en métropole.

Il est intéressant de signaler que ce texte a également eu une postérité au Portugal. En effet des officiers portugais ont été accueillis, en Algérie, en 1958 et 1959, par les 5èmes bureaux. Ils ont suivi les stages d’Arzew et ont traduit ce texte en portugais, qui est plus tard intégré aux textes de référence portugais sur la guerre psychologique. Il continue donc à  jouer un rôle dans les guerres d’outre-mer portugaises.

Comme nous le voyons, la conférence d’Antoine Bonnemaison est certainement un des discours qui fut le plus diffusé durant le conflit par son auteur mais surtout par les 5èmes bureaux. C’est pourquoi nous la mettons en ligne.

Archive : Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire

Voici un autre document issu de nos collections personnelles. Il s’agit ici d’une brochure éditée par le 5ème bureau de la Xème région militaire (Algérie) en 1958. Les 5ème bureaux sont des organismes typiques de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Créés en juillet 1957 et dissouts en février 1960, ils étaient chargés, au sein des états-majors, de nombreuses tâches regroupées sous le vocable « action psychologique ». Ses missions comportant la propagande en direction des officiers, de la troupe, et de la population algérienne, les mènent à concevoir un programme politique prônant une réforme radicale de la société coloniale, l’intégration, et donc à assumer une position tranchant avec le principe de soumission du militaire au politique.

Rédigé par un officier du 5ème bureau d’Alger, cette brochure participe de l’effort de documentation des officiers itinérants d’action psychologique (OI).  Le corps des OI, créé en 1956, est chargé de « porter la bonne parole » au sein des unités stationnées en Algérie et de leur faire comprendre la nécessité de l’action psychologique. Souvent considérés comme des commissaires politiques, ces officiers, recrutés parmi d’anciens prisonniers du Vietminh,  sont dotés d’une importante documentation devant les aider à convaincre leurs homologues en poste en Algérie. « Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire » en est issue.

Son objet principal est de prouver l’illégitimité du mouvement nationaliste algérien en traçant un historique du FLN inséré dans les théories alors en cours portant sur la « guerre révolutionnaire ». Son avant-propos fait donc logiquement référence aux écrits du colonel Lacheroy sur  le « scénario-type de la guerre révolutionnaire » que nous vous avons présentés précédemment. Son découpage en cinq parties répond aux cinq phases distinguées par Lacheroy.

La collusion entre nationalisme algérien et communisme international prime dans l’argumentaire déployé. Dans les faits, les rapports entre le FLN et les communistes sont chaotiques et le soutien soviétique principalement diplomatique. Les mouvement anticolonialistes sont présentés comme le fruit direct de la révolution bolchévique, « d’un plan dont le communisme international est le principal inspirateur, et le seul bénéficiaire ».  L’influence du communisme sur la genèse du mouvement messaliste est sans cesse soulignée, de même que l’influence de l’Égypte nassérienne sur le déclenchement de l’insurrection. Le nationalisme algérien est perçu comme une construction artificielle servant les intérêts de Moscou

La conclusion à laquelle parvient le capitaine Mercier est pour le moins surprenante. Pour lui, le FLN a mal interprété « les maîtres de la guerre révolutionnaire » et « ne fait plus la Guerre révolutionnaire et […], s’il la fait, il la fait mal ». Au lieu d’accepter l’idée que le FLN agit et se développe pragmatiquement, sans grandes théories préconçues, au gré de la répression française et des dissensions internes, Mercier ne voit qu’un grand plan ourdi de Moscou et mal exécuté. Or, ces théories sur les phases de la guerre révolutionnaires ne sont ni marxistes, ni frontistes, mais bien celles de militaires français cherchant à comprendre un ennemi qu’il saisissent difficilement. De fait, en Algérie, les principaux « maîtres de la guerre révolutionnaire », au sens où l’entend Mercier, sont français.

 

Relire La Crise militaire française (1944-1962) de Raoul Girardet.

Raoul Girardet (dir.), Jean Pierre H. Thomas, Paul M. Bouju, La crise militaire française (1944-1962), Paris, Ed. de la FNSP, 1964

            Contemporain engagé des événements qu’il commente et analyse, Raoul Girardet est, avec Jean Planchais[1] dans un autre registre, un des auteurs qu’il convient de lire lorsque l’on se penche sur l’armée française pendant la période des décolonisations. Le texte qui suit se veut un retour historiographique, sommaire et incomplet, sur les écrits de ce grand nom de l’histoire contemporaine et des sciences politiques. Nous porterons notre attention sur un ouvrage collectif, dont il est le maître d’œuvre. Paru en en 1964 dans la collection des Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, La Crise militaire française (1944-1962)[2] nous semble en effet intéressant à deux points de vue : son approche sociologique et statistique du corps des officier demeure un outil important pour les chercheurs contemporains tout en posant des analyses fondatrices qui ont rarement été discutées depuis. C’est que nous essayerons de faire. Nous évoquerons nécessairement, au cours de notre étude, les aspects biographiques qui peuvent nous permette de saisir la complexité du rapport qu’entretient R. Girardet avec son objet d’étude.

            La Crise militaire française (1944-1962) peut être comprise comme une tentative, alors que les derniers feux du conflit algérien s’éteignent, d’effectuer un retour scientifique sur la situation sociale et politique de l’armée après ces presque vingt années. Une réelle prise de recul, qui ne se limite pas à une posture rhétorique, traverse l’ensemble de l’ouvrage et contraste avec les engagements de Raoul Girardet, qui fut un des intellectuels civils participant à l’élaboration de la doctrine antisubversive de l’armée et un partisan convaincu de l’Algérie française. Si cette volonté de « substituer le seul souci de l’étude, de la compréhension et de l’explication » aux « arrières pensées apologétiques ou partisanes »[3]  est remarquable, la grande proximité de Raoul Girardet avec l’institution militaire ne peut manquer d’interroger le lecteur. En effet, comment utiliser cette œuvre, à la fois sources et littérature scientifique, et cet auteur, acteur autant que commentateur ? Ce statut ambigu exige du lecteur une prise de recul au moins aussi important que celui de l’auteur.

 Une sociologie du corps des officiers

            L’ouvrage s’organise en trois parties distinctes. Les deux premières s’intitulant « Problèmes de recrutement » et « Problèmes de structure et de mode de vie » sont le fruit de la collaboration entre Raoul Girardet, qui dirige ce travail, Jean Pierre H. Thomas et Paul M. Bouju. Elles sont le fruit d’une « commission de sociologie militaire » active en 1959 et 1960 « sous le double patronage de l’Ecole Supérieure de Guerre et de la Fondation Nationale des Sciences Politiques»[4] (FNSP). Elles déploient une analyse statistique remarquablement riche qui conserve tout son intérêt pour les chercheurs actuels. Ces études peuvent permettre, en particulier, de mettre en perspective tout travail proposographique portant sur un groupe d’officiers en fournissant des éléments d’étalonnage rendant possible une comparaison d’ensemble.

            Insistant sur les profondes mutations que connaît alors l’armée, ces deux études mettent en évidence une série d’évolutions. Le nombre croissant d’officiers issus du rang ou du corps des sous-officiers, l’importance du nomadisme et des ruptures familiales, répondent au  relatif déclassement des élites militaires vis-à-vis des élites civiles. De même, la césure entre armes combattantes et armes techniques influence l’évolution des valeurs motivant l’engagement des cadres de l’armée. Souvent perçu comme une société close – la carrière d’officier est souvent  une tradition familiale -, c’est un monde s’ouvrant sur la société civile qui est décrit. Ces analyses sont richement illustrées par de nombreux tableaux et graphiques qui offrent un cadre de réflexion toujours fort appréciable.

            Pour utiliser ces données, ils est nécessaire de comprendre la logique qui a présidé à leur production et de les inscrire dans le cadre plus vaste de l’usage des sciences humaines par l’institution militaire, usage qui connaît un essor notable lors des années 1950. Cet essor correspond à une collaboration accrue entre institutions militaires et instituts civils ou universitaires, comme la FNSP ou l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Il s’agit d’abord de produire des connaissances pratiques, utilisables dans la gestion du personnel militaire ou dans les rapports entre armée et population, comme l’enquête psychologique menée au sein de la troupe, mentionné par Ludivine Bantigny, dans Le plus bel âge ?[5]. Cette collaboration a aussi pour objet la formation des cadres chargés de superviser l’action psychologique en particulier au sein du Centre d’instruction interarmées de l’arme psychologique (CIIAP). Elle se manifeste également, dans une moindre mesure et de manière moins rigoureuse, en Algérie, dans la volonté du commandement militaire de saisir l’opinion des populations algériennes. Il faut donc comprendre La crise militaire française comme un des résultats pratiques de cette collaboration. Les données produites, bien qu’élaborés en 1959 et 1960, à l’apogée de l’action psychologique, participent, en 1964 lors de leur publication, de la mise en place de nouveau mode de gestion d’une institution bouleversée par les redéploiements stratégiques initiés par De Gaulle, les conséquences du putsch d’avril 1962 et de la répression des officiers activistes.

Un paradigme de la politisation de l’armée      

            La chronologie de la production de ses données et de leur analyse, la position institutionnelle de leurs auteurs doivent absolument être prise en compte pour aborder le dernier tiers de l’ouvrage « Problèmes moraux et idéologiques ». Celui-ci participe d’effort de théorisation de la politisation de l’armée française, que Raoul Girardet semble être, à notre sens, le premier à avoir construite. Cette réflexion est matérialisée par la parution en 1953 de la première édition de La société militaire[6] et suivi par un article[7] et une bibliographie commentée[8] publié dans la Revue française de sciences politiques en 1960. Ces textes et les éditions postérieures de La société militaire se répondent, des chapitres étant intégralement ou en partie repris d’un écrit à l’autre. Ainsi, des sections de l’article Pouvoir civil et pouvoir militaire écrit en 1959, et publié en 1960, sont mobilisées dans La crise militaire française et dans les dernières éditions de La société militaire. Il ne faut donc pas concevoir cette troisième partie comme une suite déductive des analyses statistiques des deux premières parties mais comme la continuation d’une réflexion entamée postérieurement et parallèlement à l’enquête statistique.

            Raoul Girardet dessine ici ce qui constitue, à nos yeux, un paradigme historiographique encore dominant dans la compréhension de la politisation militaire de l’après-guerre. Ce paradigme peut se résumer ainsi : la doctrine de l’obéissance passive élaborée au cours du XIXème siècle est battue en brèche par la défaite de 1940 et l’échec indochinois. L’expérience du combat contre le Vietminh et de ses méthodes de guerre politique conduit à l’élaboration de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et à la mise en place de « l’action psychologique », qui s’imposent ensuite lors du conflit algérien. Au début de la guerre d’Algérie, une partie de l’armée a renoncé à son traditionnel apolitisme. Elle apparaît « – bien plus sans doute qu’un prolétariat ouvrier dont les modes de vie étaient en pleine mutation – comme l’une des très rares forces, peut-être même la seule force révolutionnaire capable de menacer l’ordre établi »[9].  Les pratiques de « guerre dans la foule » façonnent « une guerre dont les formes mêmes conduisent inéluctablement ceux qui ont la tache de la poursuivre à l’élaboration d’une politique et d’une politique qui les engage dans une direction qui leur apparaît bientôt comme irréversible. »[10] Les hésitations des gouvernements de la 4ème République puis les revirements de la politique gaulliste achèvent de radicaliser les factions de la « jeune armée » les plus engagées en faveur de l’Algérie française. Cette radicalisation aboutit à l’intervention de l’armée en mai 1958 pour se heurter finalement, en avril 1962, au loyalisme et à la passivité de la « vieille armée ». Le retrait d’Algérie et la répression des réseaux activistes au sein de l’armée achèvent la « reprise en main » de l’institution par les autorités civiles

 Empathie, armée révolutionnaire et sentimentalité militaire

            Pour fonder cette analyse, Raoul Girardet n’a pu s’appuyer sur les archives militaires alors inaccessibles. Il illustre donc son propos d’extraits de conférences produites par des théoriciens militaires ou d’études d’ordre journalistique, de citations d’articles publiés dans la presse militaire ou même d’œuvres romanesques. Ses études se nourrissent, on le devine aisément, d’une profonde empathie de leur auteur envers le monde militaire dont il a une connaissance intime – il est issu d’une famille d’officiers – mais aussi professionnelle. Raoul Girardet est, en effet, un de ces intellectuels civils qui participent alors à l’instruction militaire et donc, dans une certaine mesure, à l’émulation intellectuelle qui conduit à l’élaboration ce qu’il est convenu d’appeler la « doctrine de guerre révolutionnaire ». Il intervient, par exemple, dans le cadre du Centre d’instruction interarmées de l’arme psychologique, au moins de 1958 à 1961[11].

            Ce  rapport aux sources et cette proximité avec l’institution doivent être prise en compte à la lecture de ce texte. Le discours développé par Girardet ne peut plus être compris comme une simple analyse scientifique. Il est aussi un prolongement du discours de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et un récit sentimental de ses vingt années de guerres et de défaites.  Un jeu d’échos opère, où les thèmes et analyses propres à la doctrine sont omniprésents sans être directement identifiés ou identifiables. Ainsi, Girardet utilise les citations falsifiées typiques de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » : la « guerre dans la foule », expression du capitaine Némo est, par exemple, attribuée à Mao Tsé-toung, dans une manœuvre rhétorique visant à reporter sur l’ennemi les efforts doctrinaux français afin de les légitimer[12]. De même, mentionnant « la recherche d’une « doctrine » globale susceptible d’être efficacement opposée au marxisme-léninisme »[13], l’auteur valide sans critique l’obsession anticommuniste ayant alors cours au sein de l’armée et rend compte d’une recherche à laquelle il a pleinement participé par son enseignement au CIIAP.

            Un des points notables de l’analyse de Girardet est la mention « d’un état d’esprit révolutionnaire à l’intérieur de certaines fractions de l’armée française »[14]. Cette mention est difficile à évaluer et à manipuler pour le chercheur contemporain car l’auteur se fait ici l’écho d’un « hidden transcript » qui a laissé, somme toute, peu de traces dans les archives. Si certaines conférences du Centre d’instruction pacification et contre-guérilla d’Arzew témoignent explicitement de l’existence de cette « armée révolutionnaire »[15], ces discours et cette volonté demeurent cependant minoritaires, en rupture totale avec le discours de la haute hiérarchie. Ils ne peuvent s’exprimer que dans des espaces relativement autonomes. Raoul Girardet, qui a évolué dans certains de ces espaces, se fait ici le porte parole de ces options minoritaires, sans en analyser le contenu et au risque de les surévaluer.

            L’analyse de Girardet privilégie l’inscription de l’armée dans un contexte socio-politique national et impérial, au risque de négliger l’importance du contact colonial réduit à la « pacification » et à la « tragédie de l’abandon ». La politisation de l’armée, le développement de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et de l’action psychologique ne sont pas analysés comme l’expression des spécificités de l’action militaire dans l’espace coloniale et de son rapport aux populations colonisées. Se bornant à faire de ces schémas le résultat « inéluctable » de la lutte contre un ennemi pratiquant « la guerre dans la foule », il s’interdit de percevoir les nombreuses interactions entre l’armée et les populations vietnamiennes ou algériennes déterminantes dans ces processus qui tendent à transformer ces conflits coloniaux en véritables guerres civiles. Seule l’étude des acteurs et de leur action politico-militaire au niveau local pourra permettre de nuancer cette inéluctabilité, par trop univoque, et de replacer ces expériences dans leurs contextes coloniaux spécifiques.

            Pour expliquer les évolutions politiques de l’armée, Girardet s’appuie sur un discours, encore très fort de nos jours, qui pourrait être décrit comme celui de la « sentimentalité militaire ». Les valeurs militaires de discipline, d’honneur, de parole donnée, et leurs corollaires négatifs, l’amertume, le mépris, la révolte sont largement évoqués comme des schémas explicatifs, au besoin en citant des auteurs militaires, sensément représentatifs de l’état d’esprit du corps des officiers, tels Jean Yves Alquier ou Philippe Héduy[16]. Ici encore, Girardet se fait porte parole et produit un récit dont les acteurs sont l’armée, les officiers et la nation et dont la valeur analytique nous paraît sujette à caution. Comment prendre en compte les dilemmes moraux de ces officiers ? Que recouvrent ces discours et ces récits produit a posteriori ? Nous offrent-ils des clefs pour la compréhension des événements ou masquent-ils au contraire une réalité plus contrastée sur laquelle la conscience des acteurs n’a eut qu’une prise minime ? Voilà autant de questions que le chercheur devra éclaircir.

            Recourir comme le fait Girardet aux idées de « crise » ou de « malaise » pour qualifier la situation de l’armée lors de ces quasiment vingt années, pose, à nos yeux un réel problème. Toutes deux sont à placer dans le registre de la métaphore organiciste, qui font de l’armée un seul et même corps sujet à la maladie, à la blessure, aux troubles de conscience. Nous nous affrontons ici à un lieu commun de la représentation de l’armée en régime démocratique. En effet, la crise et le malaise semblent permanent et paraissent relever d’une manière de se représenter les rapports de cette institution particulière avec l’autorité et la société civile.  Autant l’approche statistique développée dans les deux premiers tiers de l’ouvrage offre toujours un réel intérêt scientifique, autant l’approche morale de Girardet doit être considérée comme un objet d’étude. C’est toute l’ambiguïté de cet ouvrage, à la fois source et littérature scientifique et de son principal auteur, chercheur et acteur. Si ses sympathies politiques à l’égard de l’OAS et son nationalisme ne paraissent pas interférer brutalement avec son analyse, il n’en demeure pas moins qu’il nous offre à lire un discours profondément enraciné dans l’institution et dans la société militaire. Il demande, en le relisant maintenant, à être étudié comme tel, d’autant plus qu’il a fortement imprégné nos perceptions historiques et la définition de l’objet historiographique qu’est la « doctrine de la guerre révolutionnaire ».


[1] De Jean Planchais, journaliste du Monde spécialiste des affaires militaires, on peut lire entre autres :

Jean Planchais, Le Malaise de l’armée, Paris, 1958.

Jean Planchais, Une histoire politique de l’armée, Paris, 1967.

[2] Raoul Girardet (dir.), La Crise militaire française (1944-1962), Paris, Ed. de la FNSP, 1964.

[3] Ibidem, p.8.

[4] Ibidem, p.9

[5] Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ?, Paris, Fayard 2007, p.312 et suivantes.

[6] Raoul Girardet, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris Plon, 1953.

[7] Raoul Girardet, « Pouvoir civil et pouvoir militaire dans la France contemporaine » in Revue française de science politique, 10e année, 1960, n°1, p. 5-38.

[8] Raoul Girardet, « Problèmes militaires contemporains : État des travaux ,. in Revue française de science politique, 10e année, n°2, 1960. p. 395-418.

[9] Raoul Girardet,  (dir.), La crise… op.cit., p.171.

[10] Ibid., p.197.

[11] Sur l’utilisation de citations falsifiées dans la doctrine de la guerre révolutionnaire, voire : Gabriel Périès, « Au nom de l’ennemi : tactiques de la parole doctrinale dans le discours militaire français », in Mots, vol. 63, n° 1, p.60-73, 2000.

[12]Sur le CIIAP, voire Marie Catherine et Paul Villatoux, La République et son armée face au « péril subversif, Paris, les Indes Savantes, 2005, p. 436.

[13] Raoul Girardet,  (dir.), La crise… op.cit., p.182.

[14] Ibid., p. 173.

[15] SHD, 1 H 2524 bis, conférences « Le problème algérien » ou encore « La guerre psychologique en Algérie »

[16] Jean Yves Alquier, Nous avons pacifié Tazalt, Paris, R Lafont, 1957.

Philippe Héduy, Au lieutenant des Taglaït, Paris, la Table Ronde, 1960.

R. Girardet semble avoir entretenu une certaine proximité avec ces auteurs. Ainsi, en 1957, il écrit la préface et collabore avec Jean-Yves Alquier à Ceux d’Algérie, un recueil de lettres de rappelés précédé d’un débat. En 1960, il participe avec Philippe Héduy à l’écriture de la revue l’Esprit Public, journal pro-OAS.

Les dossiers de carrière des officiers de l’armée de terre 1941-1970

Pour des étudiants et des chercheurs travaillant sur des questions relatives à l’armée française pendant les années de décolonisation, il peut être intéressant de retracer les parcours biographiques d’officiers. Le Service historique de la Défense (SHD) leur offre la possibilité de consulter certains de leurs dossiers de carrière. Nous nous proposons dans ce billet d’explorer les modalités techniques d’une telle consultation et les possibilités que recèle ce type de documents.

Comme toutes les archives du SHD, le processus d’archivage se décompose en trois phases. Ces documents ont d’abord été produits par la Direction du personnel militaire de l’armée de terre (DPMAT). Leur fonction première est de recueillir les informations utiles à la gestion de la carrière des officiers, en particulier leur avancement et le calcul des soldes et pensions. Une fois l’officier rayés des cadres, le dossiers est versé au Bureau central des archives administratives militaires de Pau. Des versements regroupant l’ensemble des officiers ayant terminé leur carrière (rayé des cadres) pendant une même période sont par la suite effectués au Service historique de la Défense de Vincennes. Pour la période qui nous intéresse, ces versements sont souvent désignés par la cote 8Ye. C’est néanmoins un peu plus compliqué. Le fonds 8Ye à proprement parler comprend tout les dossiers des officiers rayés des cadre de 1941 à 1960. S’y sont agrégés trois autres versements respectivement pour la période 1961-1968, et les années 1969 et 1970. Effectués après la création du SHD en 2005, c’est trois derniers versements ne relèvent pas techniquement du fonds 8Ye dont l’appellation date du système d’archivage propre au Service historique de l’armée de terre (SHAT) avant sont intégration au sein du SHD. Leurs cotes commencent par GR 2000 Z.

Accéder à ces documents nécessite tout d’abord pour le chercheur un examen des inventaires. Il n’existe pas d’inventaire papier, ni de document au format pdf disponible sur le site du SHD. Il faut donc demander à l’accueil scientifique l’accès à un des ordinateurs se trouvant dans la salle contiguë. L’inventaire est un document Excel comprenant cinq feuilles, trois pour le premier versement et une pour chacun des trois suivants. Une recherche par nom propre[1], à recommencer sur chaque feuille, permet ( ou non, si la personne recherchée a été rayé des cadres après 1970) de retrouver la cote du dossier souhaité. Comme pour la plupart des archives du service, il faut faire une demande de dérogation pour les dossiers clôturés il y a moins de 50 ans.

Un problème fréquent est celui des homonymes. Les Martin et Dupont sont en effet légion. Il est donc fort utile de connaître le ou les prénoms des personnes recherchées, ainsi que leurs dates de naissance, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises une fois les dossiers disponibles. Pour ce faire, un conseil, la bibliothèque de l’armée de terre comprend une série d’annuaires des officiers d’active. Ils recensent l’ensemble des cadres de l’armée de terre classés par armes, services, grades et avancement. Il est assez facile d’y trouver les éléments manquant à l’identification fine des officiers étudiés.

Que trouve-t-on dans ces dossiers ?

Il ne faut pas s’attendre à y trouver les éléments d’une biographie exhaustive. Leur fonction première est administrative d’où la sécheresse du propos. Y figurent principalement des éléments d’état civil, les états signalétiques de services retraçant les affectations successives de l’officier, ses notations par ses supérieurs, les textes de ses citations et de ses décorations. Assez pour esquisser une fiche biographique professionnelle sommaire. Au-delà de cette approche biographique au premier degré, de telles informations pourraient être mises en série dans l’optique d’un travail prosopographique. Une telle approche permettraient de comprendre les parcours collectifs en les insérant dans une temporalité longue et ainsi de nuancer les continuités et les ruptures supposées.

Un autre aspect qui nous semble pouvoir retenir l’attention est la standardisation des systèmes de notation par le moyen d’imprimés. Ces méthodes s’inscrivent à la croisée d’une volonté de rationaliser la gestion du personnel militaire et de la prégnance des représentations de l’officier idéal promues par l’institution. Une étude des textes de citations éclaireraient également comment l’armée française bouleversée par les changements techniques et les guerres d’outre-mer se donne en modèle à elle-même

Bref, qu’il s’agisse de retracer la carrière d’un individu ou le parcours d’un groupe mais aussi  de s’interroger sur les techniques de gestion des effectifs mises en place après la seconde guerre mondiale ou sur les représentations que le corps des officiers se fait de lui-même, nous disposons ici d’une ressource trop peu exploitée et encore riche de promesses.


[1] CTRL-F ou « rechercher » dans la colonne « édition »

« Vietnam – Un Etat né de la guerre 1945-1954 » de Christopher E Goscha

Goscha, Christopher, Vietnam, un Etat né de la guerre, 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011, 400 p.

La guerre d’Indochine est indéniablement un des enfants pauvres de l’historiographie française des guerres contemporaines. Si Michel Bodin est parvenu à écrire une histoire sociale du corps expéditionnaire ou Alain Ruscio à détailler les relations complexes qui lient les communistes français aux évènements d’Extrême-Orient, les publications consacrées à ce conflit oscillent souvent entre la littérature de vétérans et une histoire politique dépassant rarement l’étude de ses principaux acteurs et de la chronologie des affrontements. Comment s’étonner alors de l’absence de travaux portant sur le Viet Minh et la république démocratique du Vietnam, l’ennemi qu’affronta alors l’armée française ? La nécessité pour les chercheurs ne maîtrisant pas le vietnamien de lire le conflit d’alors par le filtre des archives de l’armée renforce la prégnance des représentations que les militaires du corps expéditionnaire se firent de leur ennemi : celle d’une organisation invisible, omniprésente, cruelle et porteuse d’une idéologie totalitaire.

La récente publication en français de l’ouvrage de Christopher Goscha , Vietnam, un état né de la guerre 1945-1954, vient combler habilement ce vide et opère un utile renversement de perspective. Partisan d’une histoire sociale et politique des guerres contemporaines, l’auteur explique les trois objectifs de son livre dans son introduction : « étudier la construction de l’appareil étatique vietnamien » en « délaiss[ant] le face-à-face guerrier entre colonisés et colonisateurs », aborder cette période du point de vue vietnamien et dépasser la problématique opposant nationalisme vietnamien et communisme. En organisant son propos dans un plan thématique refusant l’étude chronologique des événements, il parvient à brosser un tableau du jeune état vietnamien contrebattant les conceptions dominant encore l’historiographie française tributaire de ses archives.

Ce livre est d’abord une interrogation sur la nature de l’Etat vietnamien proclamé à Hanoi le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh. Il s’agit de mesurer les rôles respectifs et fluctuants au sein de la jeune république démocratique du Vietnam (RDV) de l’Etat, du parti communiste et du Viet Minh, front national organisé par les communistes, et de saisir l’importance des données géographiques dans la construction étatique en cours. La situation du Nord Vietnam occupé par les Chinois jusqu’en 1946 permet une véritable « greffe coloniale », la RDV s’emparant des infrastructure du pouvoir français à Hanoi et au Tonkin. Au Sud, par contre, le retour des Français dès 1945 ne permet pas cette continuité. Ces situations contrastées expliquent les différentes stratégies régionales mise en place avec pragmatisme par les dirigeants de la RDV. De fait, avant 1950, la position du PCI est loin d’être celle d’un parti totalitaire et son contrôle sur la société vietnamienne est plus qu’incomplet. A défaut d’une position hégémonique, c’est un « Etat archipel » qui se développe s’assurant des zones de sauvegarde et tentant de contrôler les populations par de nombreuses associations professionnelles, religieuses, sectorielles, le Lien Viet. Le Parti, pour faire accepter son autorité, doit cependant composer avec les autres forces nationalistes et supporter une pluralité relative qui, la guerre avançant, ira en diminuant.

L’auteur revient également sur une image fortement ancrée en France, l’importance de la guérilla. Dès le début de la guerre, le choix de la guérilla est un choix par défaut plus qu’une stratégie positivement assumée. Très rapidement, l’objectif est de pouvoir engager des troupes régulières dans des combats conventionnels, d’où la nécessité d’instruire des cadres et d’assimiler les théories et techniques militaires modernes. La littérature militaire française récupérées à partir 1945 est ainsi mise à contribution, de même que des experts militaires étrangers, japonais, chinois, déserteurs du corps expéditionnaire. La prise du pouvoir par les communistes chinois en 1949 modifie radicalement cette situation. Ceux-ci procurent à la RDV un arrière sûr, un matériel abondant et varié, et un savoir technique garantissant la création des régiments réguliers qui affrontent l’armée française à partir de 1950. Ici aussi la situation du Sud Vietnam est déséquilibrée. Après des tentatives infructueuses de batailles rangées en 1950, seule la guérilla prévaudra et ceci jusqu’en 1960.

Tout au long de la guerre, encore plus avant 1949, la ville occupe une place centrale dans le dispositif de la RDV. Loin d’être des « oasis » sous contrôle des français et de leurs alliés vietnamiens, elles sont à la fois champs de bataille et lieux d’approvisionnement stratégique. Depuis ses bases rurales où elle s’est repliée en 1945, la RDV anime une « ville souterraine » dans les cités coloniales. Ses agents assurent l’approvisionnement des maquis en produits manufacturés indispensables, en médicaments et en renseignement. Le Viet Minh assume une position contradictoire, tenté d’attaquer ces lieux centraux de l’occupation coloniale, il n’en est pas moins intimement dépendant et ne peut se permettre d’en perdre l’accès. C’est pourquoi, hormis la bataille de Hanoi, en 1946, l’action militaire s’y limite à l’action terroriste et à l’intimidation. Les réseaux de la « ville souterraine » s’y affrontent aux autorités françaises déployant un ensemble de techniques préfigurant la bataille d’Alger.

Christopher Goscha détaille la constitution de l’Etat vietnamien à travers trois de ses services. Les services médicaux héritent à la fois de la médecine traditionnelle et des acquis de la médecine coloniale. Service indispensable répondant à la violence de guerre, les services médicaux de la RDV se sont construits par une intense contrebande et un énorme effort de traduction de la littérature médicale occidentale en vietnamien Cette médecine devenue rurale et militaire est sujette à un stricte contrôle politique.

Détaillant les services de police civil et militaire, C. Goscha souligne, ici aussi, l’importance de l’héritage colonial. La Sûreté civile qui eut à affronter les nationalistes vietnamiens avant la seconde guerre mondiale a en effet, en 1945, légué, à son corps défendant, ses registres aux jeunes services de la RDV dont les chefs ont tous connus les bagnes coloniaux, en particulier celui de Poulo Condor. Toutefois, c’est une expérience transnationale qui a présidée à la formation des cadres du renseignement vietnamien. Ainsi, les Soviétiques, les Japonais, les Chinois mais aussi les Anglais et les Américains ont participé, avec plus ou moins de constance et d’ampleur, à cette entreprise. Ils ont permis à la RDV de s’imposer, du moins au Nord, dans la lutte qui oppose entre eux les Vietnamiens de différentes obédiences dans une véritable guerre civile. Le développement des services de renseignement militaires est par contre plus difficile. Inspiré du modèle français, le deuxième bureau vietnamien ne bénéficie pas des archives de son équivalent colonial et est, en outre, victime, en 1948, d’une campagne d’intoxication de la part des services français. A partir de 1950, la professionnalisation de l’armée entraîne la professionnalisation de ces services qui joue un rôle déterminant dans la planification de la victoire de Dien Bien Phu.

L’importance décisive des services de communication de la RDV est mise en lumière. Qu’il s’agisse des liaisons par courrier ou radio, la jeune république met précocement en place un réseau dense connectant les différents îlots de son « archipel » s’accaparant le matériel, le personnel et le savoir faire de l’état colonial. La création de la radio la Voix du Vietnam, en 1945, la connexion radio Nord-Sud, le cryptage des communications , la mise en œuvre d’un réseau postal clandestin et d’un système d’écoute des transmissions françaises ponctuent la marche en avant de « l’Etat de guerre » et la modernisation de son armée.

L’auteur s’attache à retranscrire le conflit et la construction de la RDV dans le contexte internationale à la croisée de la décolonisation et de la guerre froide. Dans cette guerre « connectée » à son contexte régionale, les trafics maritimes et frontaliers sont un enjeux centraux de l’approvisionnement de la république se construisant dans le conflit. De même, une bataille diplomatique se poursuit visant à obtenir le soutien, n’allant pas de soi avant 1949, du bloc communiste, mais également des voisins thaïlandais ou indonésiens. Jouant à la fois sur les registres internationaliste et nationaliste, la RDV parvient à se ménager les alliances nécessaires à sa survie et à s’assurer une position favorable dans les négociations qui aboutirent au traité de Genève.

Les dernières pages du livre sont consacrées à la nécessaire « totalisation » de la guerre. Ne disposant pas des moyens d’un état industrialisé, le Viet Nam se voit obligé d’optimiser les ressources dont il dispose, principalement sa population de plus en plus impliquée dans l’effort de guerre. Le choix d’une mobilisation de masse, dans le cadre de la « contre offensive génerale » décidé en 1949 doit autant à la nécessité qu’à l’appropriation des méthodes communistes maoïstes par l’Etat vietnamien. La transformation sociale révolutionnaire, les campagnes de rectification politique et la mobilisation patriotiques sont à comprendre dans le cadre de la construction étatique et de son contexte guerrier. La « guerre totale » souffre cependant de limites, principalement celles des possibilités physiques des combattants et des civils mobilisés autoritairement. C. Goscha met en lumière les points de rupture qui se dessinent dans les dernières années du conflit où la violence de la guerre moderne s’inscrit dans les corps et entraîne traumatismes et insubordinations. Ses limites humaines, dont les autorités de la RDC sont conscientes, pèsent dans la volonté de solder provisoirement le conflit et l’acceptation de la division du pays par le traité de Genève.

Christopher Goscha offre au lecteur une interprétation stimulante du conflit. Il démontre habilement le pragmatisme des dirigeants communistes qui décidèrent de leurs options stratégiques en étant plus souvent poussés par les nécessités du jour que par une lecture idéologique. Nationalisme et communisme forment un ensemble difficile à scinder, l’un répondant nécessairement à l’autre dans ce conflit qui est à la fois une guerre coloniale et un point chaud de la guerre froide. En détaillant l’étroite imbrication de la guerre indochinoise dans son contexte régional et international, l’étonnante faculté d’adaptation de la RDV et le processus complexe de construction d’un Etat-Parti, l’auteur nous donne la possibilité de lire les sources françaises sans être dépendants des représentations propres aux militaires du corps expéditionnaire et aux administrateurs civils pour qui la nature étatique de l’ennemi est une donnée impensable. Dès lors, il nous permet de comprendre comment la « doctrine de la guerre révolutionnaire » émergeant de l’expérience française de la guerre d’Indochine est tributaire d’une lecture idéologique et d’une impossibilité de penser l’ennemi autrement que comme une organisation totalitaire dont la nature étatique n’est pas clairement comprise. Avec ce livre nous disposons donc d’un outil indispensable pour qui veut écrire l’histoire des représentations de l’ennemi que produit l’armée française lors les années de décolonisation.

Un bémol cependant s’impose à nous. L’ouvrage de Goscha, s’il participe d’un renouveau aussi motivant que nécessaire des problématiques, possède un défaut récurrent de l’historiographie outre-atlantique : un faible usage des sources archivistiques. Pour l’historien européen, attaché à une conception positiviste de la démonstration des preuves, la prédominance de la littérature secondaire dans l’appareil de note est problématique. Modérons cependant cette critique, l’auteur, maîtrisant le vietnamien, a pu mobiliser une littérature jusqu’à présent peu exploitée et de grande valeur.

Sigles et abréviations: le language de la modernité

Le Service historique de la Défense a récemment mis en ligne un instrument que béniront les chercheurs qui arpentent les dédales administratifs de l’institution militaire : le Lexique des sigles et abréviations civils militaires, 1939-1964 de Michel Serge Hardy. Trois cent pages de sigles et acronymes. Ce travail de bénédictin rend encore plus évident la propension du monde militaire à produire un langage spécialisé dont l’hermétisme peut déstabiliser les jeunes chercheurs peu accoutumés à un telle floraison d’acronymes.
Au-delà de l’utilité indéniable de ce lexique, une histoire culturelle du monde militaire ne peut faire l’économie d’une réflexion critique du fait langagier. Que recouvre cette abondance de sigles ? Comment s’inscrit-elle dans la société militaire ? Quelles sont les conditions de sa production ? Nous n’entendons pas dans ce court billet répondre à ces questions mais simplement ébaucher quelques pistes de réflexion.
Premièrement, il apparaît évident que ce vocabulaire est à comprendre comme un reflet de la nature organisationnelle de la société militaire, composée de nombreux corps et échelons hiérarchiques. Les sigles permettent l’identification des sous-ensembles qui composent l’armée et la codification de leurs rapports mutuels. Désigner, nommer, classer se réfèrent donc à une activité d’organisation rationalisée. Il s’agit, sous cet angle, d’une recherche d’efficacité sans signification politique particulière.
Deuxièmement, l’institution produit ici un langage qui lui est propre et dont la maîtrise relève d’un savoir administratif, attribut du pouvoir hiérarchique. Etre capable d’utiliser ce langage et plus simplement de le comprendre permet d’agir dans les rapports de pouvoir qui parcourent l’institution. Les sigles sont donc les mots d’un langage de pouvoir, s’exprimant au sein de l’institution mais aussi dans la délimitation entre l’intérieur et l’extérieur. Ils portent et résument autant l’identité militaire en général que les identités collectives des corps et régiments, comme, dans un autre registre, les sigles désignant des organisations politiques.
Troisièmement, la siglaison apparaît comme une des expressions langagières de la modernité. Il s’agit de nommer le nouveau, là où le chiffre et le mot ne suffisent plus. Dans ce siècle des sigles qu’est le 20ème siècle, l’armée ne se comporte qu’avec un entrain légèrement supérieur au reste de la société. Ce fait est particulièrement prégnant dans le vocabulaire militaire propre à la guerre d’Algérie où l’usage du sigle déborde le monde militaire et permet la désignation de la société algérienne et de l’ennemi. Ainsi la désignation des Algériens par tout une série d’abréviation, (FSNA, FMA, FSC… ) marque l’exercice d’un pouvoir par l’acte de nommer, de désigner comme français et dans le même mouvement de distinguer des Français, mais  recouvre aussi le refus des catégories antérieures, comme « indigène ».

Cet usage extensif des sigles par les militaires français nous semble pouvoir être interprété à la fois comme un langage technique, un langage politique et le fruit d’une confrontation avec la modernité technique et politique.