Appel à contribution : « Mémoire » Genèse, réflexion et perspectives d’une approche historique

Atelier historiographique

L’Institut historique allemand (IHA) et l’Internationales Zentrum für Kultur- und Technikforschung (IZKT) de l’université de Stuttgart organisent à Paris un colloque interdisciplinaire auquel sont conviés des doctorants français et allemands. Cet „atelier d’avenir de la recherche historique“ (Zukunftswerkstatt Geschichtswissenschaft) se donne pour objectif d’aborder, par un dialogue interdisciplinaire, les débats méthodologiques actuels au sein de la recherche historique et de mettre en lumière l’importance de ces débats pour les disciplines voisines. Le sujet de cette année est :

 

« Mémoire »

Genèse, réflexion et perspectives

d’une approche historique

 

IHA, 25 et 26 avril 2013

 

La recherche sur la mémoire et l’analyse des „lieux de mémoire“ comptent aujourd’hui parmi les approches les plus solidement établies de la recherche historique. Nous souhaitons faire de l’atelier d’avenir un lieu de discussion autour de la genèse, du contexte théorique, scientifique, politique et historique d’émergence de cette approche, et aborder la question du potentiel dans ce domaine de la recherche en histoire. Les discussions auront lieu en présence d’éminents représentants de cette approche, ainsi que de certains de ses critiques les plus importants. La perspective franco-allemande offre ici un terrain propice au développement d’échanges intenses. Les participants pourront à la fois acquérir une vue d’ensemble des spécificités méthodologiques de la recherche sur la mémoire, mais également avoir un aperçu des débats actuels, concernant par exemple le rôle de la mémoire dans l’espace public et son rapport aux politiques du souvenir menées par les États.

Chercheurs invités: Winfried Schulze, Heinz Durchhardt, Annette Wieviorka; Étienne François; Luigi Cajani

Direction scientifique: Wolfram Pyta (Stuttgart), Steffen Prauser (Paris)

Les doctorants sont invités à envoyer leur candidature (CV et courte lettre  de motivation) jusqu’au 15 janvier 2013. Une aide financière sera accordée aux doctorants retenus afin de couvrir leurs frais de transports.

 

Les candidatures seront envoyées à:

 

Steffen Prauser, IHA

SPrauser@dhi-paris.fr

Atelier « Armed Forces in times of Decolonisation (1940-1975) » : Appel à contribution

22–23 novembre 2012 à l’Institut historique allemand de Paris

Cet atelier, consacré à l’étude des forces armées européennes entre 1940 et 1975, entend s’inscrire dans le mouvement de renouvellement des problématiques qu’a connue l’histoire militaire dans le monde anglo-saxon, puis plus récemment en Europe continentale. L’historiographie du fait militaire a intégré des questionnements et objets issus de l’histoire sociale et économique, de l’histoire culturelle et des études coloniales, enrichissant ainsi les problématiques de la traditionnelle »histoire bataille«.
Dans l’immédiat après-guerre, les forces armées européennes, notamment anglaises, belges, françaises, néerlandaises et portugaises, ont pu connaitre des expériences comparables dans les territoires colonisés et en métropole. Un travail comparatif nous permettra non seulement de mieux comprendre l’expérience propre de chaque armée mais aussi de la situer dans un contexte historique plus large.
Les transformations sociales et culturelles vécues par les institutions militaires seront au cœur de notre projet. Les thèmes abordés pourront recouvrir un vaste champ allant des questions de structures sociales à la lutte anti-guérilla en passant par l’interprétation et l’application des conventions internationales, des usages et des coutumes de la guerre et les questions liées au genre. En quoi la modernisation technique, l’évolution des mœurs et des représentations sociales ont-elles affecté les armées? Comment se sont développées les relations entre les armées et les sociétés civiles en métropole et dans les colonies?
Par ailleurs, l’expérience du combat souvent perçue et présentée comme l’apothéose du vécu militaire l’est-elle réellement ou relève-t-elle d’une représentation instrumentalisée de la guerre? Comment se partage-t-elle et circule-telle d’un conflit à l’autre? De plus, la question de la culture combattante issue de ces terrains militaires et de son articulation avec le champ politique doit être posée. Les relations complexes que l’institution militaire entretient avec les autorités civiles ont en effet souvent été l’occasion de tensions, voire de ruptures dont il faudra évaluer la nature et comprendre l’enracinement dans un temps plus long.
Enfin, les combats outre-mer entretiennent des liens – ne serait-ce que par l’identité de certains de ses acteurs – avec la Deuxième Guerre mondiale. Comment ces conflits successifs se répondent-ils? Les savoir-faire, les doctrines militaires circulent d’une génération à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une expérience de guerre à l’autre. Quelles influences les penseurs civils (intellectuels, universitaires, etc.) ont-ils eu sur le monde militaire? De même, l’engagement d’une partie de la population colonisée dans les forces auxiliaires a-t-il marqué un glissement vers la guerre civile, un processus de décolonisation maîtrisée ou a-t-il recelé d’autres dimensions jusqu’à présent négligées?

D’une histoire globale, s’appuyant sur un comparatisme transnational, à la micro-histoire rendant compte de l’expérience intime, nous espérons pouvoir offrir aux personnes invitées participant à cet atelier un regard sur les perspectives de ce champ de recherche en Europe, voire au-delà.

Cet atelier est organisé par le groupe de recherche »Histoire sociale et culturelle de l’armée française pendant la décolonisation«  de l’Institut historique allemand (IHA), ainsi que par le réseau européen »Armed forces in the times of decolonisation« (Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Raphaëlle Branche), l’université de Birmingham (Peter Gray), l’université de Sienne (Nicola Labanca) et l’IHA (Steffen Prauser). Il s’adresse en priorité aux chercheurs et doctorants travaillant sur les forces armées européennes pendant la décolonisation. Les propositions de chercheurs travaillant sur les armées allemande et italienne pendant la Deuxième Guerre mondiale sont également les bienvenues. Les projets d’étude comparative – y compris de comparaisons diachroniques avec l’armée allemande ou italienne – feront l’objet d’une attention toute particulière.

Les frais de séjour et une partie des frais de déplacement seront remboursés.

Les candidatures devront être adressées au plus tard le 5 septembre 2012 à sprauser@dhi-paris.fr

Les candidats sont priés de nous faire parvenir leur CV scientifique et une courte  description de leur contribution d’environ 3000 mots.

Pour tout renseignement ultérieur: sprauser@dhi-paris.fr

D’une guerre à l’autre

Le carnet suivra les recherches et les activités (séminaire, colloque, publications) du groupe de travail « Histoire sociale et culturelle de l’armée française » de l’Institut historique allemand. Ce projet s’inscrit dans une perspective à la fois comparative (incluant dans l’objet d’étude des cas tirés d’autres puissances européennes) et pluri-disciplinaire, permettant de combiner les approches de l’histoire sociale, culturelle et militaire. Nous cherchons à répondre à des questions aussi variées que celles de la politique de la lutte antiguérilla (incluant des sujets aussi pénibles que l’emploi de la torture) ; les relations entre troupes coloniales et civils colonisés, entre officiers et soldats de rang souvent issus des populations colonisées (comme par exemple les harkis), entre les armées engagées dans l’empire et, d’une part, les dirigeants français et, d’autre part, les populations métropolitaines ; le contrôle de la sexualité ; le droit international ; et les grandes transformations à l’intérieur des armées pendant la période de décolonisation. Ce groupe est l’initiateur d’un réseau européen appliquant les même approches à l’étude des autres forces armées européennes. Ce réseau se veut une plateforme favorisant les rencontres et les échanges entre chercheurs (doctorants et universitaires) dans l’optique de favoriser l’écriture d’une histoire comparée de nos thématiques. Dans ce but il organisera des colloques internationaux et se chargera de publier les travaux liés à nos recherches.