« Vietnam – Un Etat né de la guerre 1945-1954 » de Christopher E Goscha

Goscha, Christopher, Vietnam, un Etat né de la guerre, 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011, 400 p.

La guerre d’Indochine est indéniablement un des enfants pauvres de l’historiographie française des guerres contemporaines. Si Michel Bodin est parvenu à écrire une histoire sociale du corps expéditionnaire ou Alain Ruscio à détailler les relations complexes qui lient les communistes français aux évènements d’Extrême-Orient, les publications consacrées à ce conflit oscillent souvent entre la littérature de vétérans et une histoire politique dépassant rarement l’étude de ses principaux acteurs et de la chronologie des affrontements. Comment s’étonner alors de l’absence de travaux portant sur le Viet Minh et la république démocratique du Vietnam, l’ennemi qu’affronta alors l’armée française ? La nécessité pour les chercheurs ne maîtrisant pas le vietnamien de lire le conflit d’alors par le filtre des archives de l’armée renforce la prégnance des représentations que les militaires du corps expéditionnaire se firent de leur ennemi : celle d’une organisation invisible, omniprésente, cruelle et porteuse d’une idéologie totalitaire.

La récente publication en français de l’ouvrage de Christopher Goscha , Vietnam, un état né de la guerre 1945-1954, vient combler habilement ce vide et opère un utile renversement de perspective. Partisan d’une histoire sociale et politique des guerres contemporaines, l’auteur explique les trois objectifs de son livre dans son introduction : « étudier la construction de l’appareil étatique vietnamien » en « délaiss[ant] le face-à-face guerrier entre colonisés et colonisateurs », aborder cette période du point de vue vietnamien et dépasser la problématique opposant nationalisme vietnamien et communisme. En organisant son propos dans un plan thématique refusant l’étude chronologique des événements, il parvient à brosser un tableau du jeune état vietnamien contrebattant les conceptions dominant encore l’historiographie française tributaire de ses archives.

Ce livre est d’abord une interrogation sur la nature de l’Etat vietnamien proclamé à Hanoi le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh. Il s’agit de mesurer les rôles respectifs et fluctuants au sein de la jeune république démocratique du Vietnam (RDV) de l’Etat, du parti communiste et du Viet Minh, front national organisé par les communistes, et de saisir l’importance des données géographiques dans la construction étatique en cours. La situation du Nord Vietnam occupé par les Chinois jusqu’en 1946 permet une véritable « greffe coloniale », la RDV s’emparant des infrastructure du pouvoir français à Hanoi et au Tonkin. Au Sud, par contre, le retour des Français dès 1945 ne permet pas cette continuité. Ces situations contrastées expliquent les différentes stratégies régionales mise en place avec pragmatisme par les dirigeants de la RDV. De fait, avant 1950, la position du PCI est loin d’être celle d’un parti totalitaire et son contrôle sur la société vietnamienne est plus qu’incomplet. A défaut d’une position hégémonique, c’est un « Etat archipel » qui se développe s’assurant des zones de sauvegarde et tentant de contrôler les populations par de nombreuses associations professionnelles, religieuses, sectorielles, le Lien Viet. Le Parti, pour faire accepter son autorité, doit cependant composer avec les autres forces nationalistes et supporter une pluralité relative qui, la guerre avançant, ira en diminuant.

L’auteur revient également sur une image fortement ancrée en France, l’importance de la guérilla. Dès le début de la guerre, le choix de la guérilla est un choix par défaut plus qu’une stratégie positivement assumée. Très rapidement, l’objectif est de pouvoir engager des troupes régulières dans des combats conventionnels, d’où la nécessité d’instruire des cadres et d’assimiler les théories et techniques militaires modernes. La littérature militaire française récupérées à partir 1945 est ainsi mise à contribution, de même que des experts militaires étrangers, japonais, chinois, déserteurs du corps expéditionnaire. La prise du pouvoir par les communistes chinois en 1949 modifie radicalement cette situation. Ceux-ci procurent à la RDV un arrière sûr, un matériel abondant et varié, et un savoir technique garantissant la création des régiments réguliers qui affrontent l’armée française à partir de 1950. Ici aussi la situation du Sud Vietnam est déséquilibrée. Après des tentatives infructueuses de batailles rangées en 1950, seule la guérilla prévaudra et ceci jusqu’en 1960.

Tout au long de la guerre, encore plus avant 1949, la ville occupe une place centrale dans le dispositif de la RDV. Loin d’être des « oasis » sous contrôle des français et de leurs alliés vietnamiens, elles sont à la fois champs de bataille et lieux d’approvisionnement stratégique. Depuis ses bases rurales où elle s’est repliée en 1945, la RDV anime une « ville souterraine » dans les cités coloniales. Ses agents assurent l’approvisionnement des maquis en produits manufacturés indispensables, en médicaments et en renseignement. Le Viet Minh assume une position contradictoire, tenté d’attaquer ces lieux centraux de l’occupation coloniale, il n’en est pas moins intimement dépendant et ne peut se permettre d’en perdre l’accès. C’est pourquoi, hormis la bataille de Hanoi, en 1946, l’action militaire s’y limite à l’action terroriste et à l’intimidation. Les réseaux de la « ville souterraine » s’y affrontent aux autorités françaises déployant un ensemble de techniques préfigurant la bataille d’Alger.

Christopher Goscha détaille la constitution de l’Etat vietnamien à travers trois de ses services. Les services médicaux héritent à la fois de la médecine traditionnelle et des acquis de la médecine coloniale. Service indispensable répondant à la violence de guerre, les services médicaux de la RDV se sont construits par une intense contrebande et un énorme effort de traduction de la littérature médicale occidentale en vietnamien Cette médecine devenue rurale et militaire est sujette à un stricte contrôle politique.

Détaillant les services de police civil et militaire, C. Goscha souligne, ici aussi, l’importance de l’héritage colonial. La Sûreté civile qui eut à affronter les nationalistes vietnamiens avant la seconde guerre mondiale a en effet, en 1945, légué, à son corps défendant, ses registres aux jeunes services de la RDV dont les chefs ont tous connus les bagnes coloniaux, en particulier celui de Poulo Condor. Toutefois, c’est une expérience transnationale qui a présidée à la formation des cadres du renseignement vietnamien. Ainsi, les Soviétiques, les Japonais, les Chinois mais aussi les Anglais et les Américains ont participé, avec plus ou moins de constance et d’ampleur, à cette entreprise. Ils ont permis à la RDV de s’imposer, du moins au Nord, dans la lutte qui oppose entre eux les Vietnamiens de différentes obédiences dans une véritable guerre civile. Le développement des services de renseignement militaires est par contre plus difficile. Inspiré du modèle français, le deuxième bureau vietnamien ne bénéficie pas des archives de son équivalent colonial et est, en outre, victime, en 1948, d’une campagne d’intoxication de la part des services français. A partir de 1950, la professionnalisation de l’armée entraîne la professionnalisation de ces services qui joue un rôle déterminant dans la planification de la victoire de Dien Bien Phu.

L’importance décisive des services de communication de la RDV est mise en lumière. Qu’il s’agisse des liaisons par courrier ou radio, la jeune république met précocement en place un réseau dense connectant les différents îlots de son « archipel » s’accaparant le matériel, le personnel et le savoir faire de l’état colonial. La création de la radio la Voix du Vietnam, en 1945, la connexion radio Nord-Sud, le cryptage des communications , la mise en œuvre d’un réseau postal clandestin et d’un système d’écoute des transmissions françaises ponctuent la marche en avant de « l’Etat de guerre » et la modernisation de son armée.

L’auteur s’attache à retranscrire le conflit et la construction de la RDV dans le contexte internationale à la croisée de la décolonisation et de la guerre froide. Dans cette guerre « connectée » à son contexte régionale, les trafics maritimes et frontaliers sont un enjeux centraux de l’approvisionnement de la république se construisant dans le conflit. De même, une bataille diplomatique se poursuit visant à obtenir le soutien, n’allant pas de soi avant 1949, du bloc communiste, mais également des voisins thaïlandais ou indonésiens. Jouant à la fois sur les registres internationaliste et nationaliste, la RDV parvient à se ménager les alliances nécessaires à sa survie et à s’assurer une position favorable dans les négociations qui aboutirent au traité de Genève.

Les dernières pages du livre sont consacrées à la nécessaire « totalisation » de la guerre. Ne disposant pas des moyens d’un état industrialisé, le Viet Nam se voit obligé d’optimiser les ressources dont il dispose, principalement sa population de plus en plus impliquée dans l’effort de guerre. Le choix d’une mobilisation de masse, dans le cadre de la « contre offensive génerale » décidé en 1949 doit autant à la nécessité qu’à l’appropriation des méthodes communistes maoïstes par l’Etat vietnamien. La transformation sociale révolutionnaire, les campagnes de rectification politique et la mobilisation patriotiques sont à comprendre dans le cadre de la construction étatique et de son contexte guerrier. La « guerre totale » souffre cependant de limites, principalement celles des possibilités physiques des combattants et des civils mobilisés autoritairement. C. Goscha met en lumière les points de rupture qui se dessinent dans les dernières années du conflit où la violence de la guerre moderne s’inscrit dans les corps et entraîne traumatismes et insubordinations. Ses limites humaines, dont les autorités de la RDC sont conscientes, pèsent dans la volonté de solder provisoirement le conflit et l’acceptation de la division du pays par le traité de Genève.

Christopher Goscha offre au lecteur une interprétation stimulante du conflit. Il démontre habilement le pragmatisme des dirigeants communistes qui décidèrent de leurs options stratégiques en étant plus souvent poussés par les nécessités du jour que par une lecture idéologique. Nationalisme et communisme forment un ensemble difficile à scinder, l’un répondant nécessairement à l’autre dans ce conflit qui est à la fois une guerre coloniale et un point chaud de la guerre froide. En détaillant l’étroite imbrication de la guerre indochinoise dans son contexte régional et international, l’étonnante faculté d’adaptation de la RDV et le processus complexe de construction d’un Etat-Parti, l’auteur nous donne la possibilité de lire les sources françaises sans être dépendants des représentations propres aux militaires du corps expéditionnaire et aux administrateurs civils pour qui la nature étatique de l’ennemi est une donnée impensable. Dès lors, il nous permet de comprendre comment la « doctrine de la guerre révolutionnaire » émergeant de l’expérience française de la guerre d’Indochine est tributaire d’une lecture idéologique et d’une impossibilité de penser l’ennemi autrement que comme une organisation totalitaire dont la nature étatique n’est pas clairement comprise. Avec ce livre nous disposons donc d’un outil indispensable pour qui veut écrire l’histoire des représentations de l’ennemi que produit l’armée française lors les années de décolonisation.

Un bémol cependant s’impose à nous. L’ouvrage de Goscha, s’il participe d’un renouveau aussi motivant que nécessaire des problématiques, possède un défaut récurrent de l’historiographie outre-atlantique : un faible usage des sources archivistiques. Pour l’historien européen, attaché à une conception positiviste de la démonstration des preuves, la prédominance de la littérature secondaire dans l’appareil de note est problématique. Modérons cependant cette critique, l’auteur, maîtrisant le vietnamien, a pu mobiliser une littérature jusqu’à présent peu exploitée et de grande valeur.

« Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités 1939 » de Julien Fargettas

Fargettas, Julien, Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités 1939-1945, Paris, Tallandier, 2012.

Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Julien Fargettas retrace l’histoire d’un corps de l’armée coloniale, les tirailleurs sénégalais, unité régulière créée en 1857 par le gouverneur du Sénégal Louis Faidherbe. Un corps qui, en dépit de son nom, ne regroupe pas uniquement des tirailleurs sénégalais mais des soldats originaires d’Afrique occidentale française et d’Afrique équatoriale française. D’ailleurs, les Sénégalais sont bien souvent minoritaires dans ces formations.

Imaginés au départ comme des forces supplétives pour l’entreprise de colonisation, ces tirailleurs sont finalement mobilisés sur les théâtres d’opérations européens lors de la Grande Guerre, non sans de houleux débats autour de l’emploi de cette « force noire », appelée de ses vœux par Mangin, auteur du best-seller du même nom en 1910. L’utilisation des troupes noires de l’Empire fait au contraire consensus pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui est l’objet de l’étude de Julien Fargettas.

Dans la première partie de son livre, l’auteur montre comment l’on passe de l’emploi de forces supplétives à une mobilisation massive pendant la Seconde Guerre mondiale, et selon quelles modalités et éventuelles résistances. Notamment, il insiste sur la rupture que constitue la Grande Guerre dans la militarisation des sociétés africaines, et qui préfigure la loi de 1919 sur la conscription dans les territoires français de l’Afrique subsaharienne. Les rappels sur les statuts juridiques de ces combattants, ainsi que sur les disparités selon les territoires sont particulièrement bienvenus. Les tirailleurs sénégalais sont en effet des soldats sujets, qui n’ont pas la citoyenneté française, à l’exception des « originaires » (des quatre communes du Sénégal) et des « évolués » situés au sommet de la hiérarchie des colonisés qui bénéficient de droits particuliers. En revanche, ils sont tous soumis au commandement du cadre européen, dont Julien Fargettas souligne le paternalisme. Un paternalisme dont on aurait apprécié qu’il soit plus précisément caractérisé, en prenant en compte les apports récents de l’historiographie du fait colonial. En effet, loin d’être neutre, le « paternalisme » dont font preuve les cadres européens, constitue une forme de violence coloniale exercée sur le tirailleur, dont Raphaëlle Branche a bien montré qu’elle définit une relation structurelle entre le dominant et le dominé1.

De même, le passage sur la consommation d’alcool, considéré « comme une importante source de désordre  dans les unités » par Julien Fargettas, manque un peu de recul critique. L’image du soldat colonial alcoolisé ne se maitrisant plus fait partie du topos colonial, et l’alcoolisme touche bien évidemment toutes les unités. De même, si l’auteur insiste sur la représentation coloniale du « grand enfant » mais farouche guerrier, des comparaisons avec le discours tenu sur les autres soldats coloniaux, par exemple maghrébins permettraient sans doute d’approfondir l’analyse. La théorie des « races martiales », développée à la fin du 19e siècle, créé en effet une hiérarchie entre les combattants coloniaux, y compris entre les soldats noirs. Julie Le Gac2 a d’ailleurs montré que cette théorie évolue fortement entre les deux guerres et même au cours de la deuxième. En 1943-1945, les soldats nord-africains, notamment marocains, sont considérés comme bien meilleurs combattants que les hommes originaires d’Afrique subsaharienne, ce qui n’était pas le cas au moment de la publication des thèses de Mangin. Enfin, si l’encadrement indigène est rapidement évoqué, la question de savoir si le métier des armes constitue une possibilité d’ascension sociale pour certains colonisés, bref, si l’armée constitue ou non une institution plus égalitaire que d’autres dans le système colonial n’est pas assez explorée.

Dans la seconde partie de son livre, Julien Fargettas s’attache à rendre compte des combats menés par ces tirailleurs sénégalais, de la campagne de France de mai 1940 à la libération du territoire métropolitain au sein de la Première armée française, d’août à octobre 1944, en passant par les engagements en Afrique, en Italie et sur l’Ile d’Elbe. L’auteur analyse longuement la campagne de France et les massacres dont ont été victimes les soldats noirs par les troupes de la Wehrmacht. Julien Fargettas montre que les soldats de la Wehrmacht se sont livrés à une véritable traque des tirailleurs, qui, une fois morts ou faits prisonniers, constituaient de véritables trophées de guerre… Une analyse qui rappelle le travail de Christian Ingrao sur la division Dirlewanger, composée d’hommes aux compétences cynégétiques reconnues, préparés aux opérations de traque de partisans sur le front oriental3.

L’auteur démontre de façon convaincante qu’une telle violence raciste trouve ses racines dans la mémoire de la «Honte » Noire, le discours raciste nazi dont ont été abreuvés les soldats allemands, et l’expérience de la campagne de Pologne, dont certains reviennent tout juste. Cet épisode contredit avec force l’idée d’une Wehrmacht « correcte » sur le front occidental, mais plus encore celle, moins souvent remise en cause, d’un front occidental qui ne se serait pour ainsi dire « orientalisé » qu’à partir des années 1943-1944, notamment dans le cadre de la lutte contre les maquisards4. Même si la violence exercée sur le front français par la Wehrmacht n’a jamais atteint l’ampleur qu’elle a trouvée sur le front oriental, il n’en demeure pas moins que de nombreux crimes de guerre sont commis sur le sol français dès les premiers jours de l’invasion allemande. Au passage, la violence extrême des combats entre les unités de tirailleurs sénégalais et les soldats allemands écorne un autre mythe – celui d’une armée de 40 qui n’aurait pas combattu.

Par ailleurs, à la suite des travaux initiés par Armelle Mabon, Julien Fargettas souligne une autre expérience de guerre qu’est la captivité, captivité bien particulière puisqu’elle a lieu en France, et non en Allemagne, là encore pour des raisons d’idéologie raciste. Il décrit des conditions de vie très disparates selon les camps, souvent mis en place de manière hâtive et improvisée, d’abord gardés par les Allemands, puis par des Français. En revanche, les maladies atteignent les prisonniers coloniaux de plein fouet, et 14% d’entre eux meurent d’infections pulmonaires lors du premier hiver…

Julien Fargettas évoque l’épisode peu connu des nombreux engagements de tirailleurs sénégalais dans la Résistance. Il montre comment ces soldats instruits sont de plus en plus convoités par les maquis qui se structurent à partir de 1943. Mais si l’auteur montre bien les conditions de l’engagement dans la Résistance des prisonniers de guerre africains, il ne distingue à aucun moment entre les soldats conscrits dans l’armée de Vichy puis l’armée de la libération et les tirailleurs engagés dans la France libre, autre forme de résistance. Si pour les premiers, la question du choix et des motivations ne se pose guère puisqu’ils sont des conscrits, les seconds sont juridiquement considérés comme des volontaires. Dans les faits, les circonstances de leur engagement sont sans doute beaucoup plus complexes, et différenciées selon les territoires de l’Empire qui se rallient progressivement à l’Empire. Jean-François Muracciole5 a bien montré comment il était délicat de mesurer le degré de liberté qui préside à l’engagement de ces volontaires colonisés.

Enfin, l’auteur souligne que les tirailleurs sénégalais sénégalais sont plutôt favorables aux Américains. On aurait pourtant souhaité des développements sur l’attitude – et les stéréotypes – des Alliés à l’égard des troupes noires. En particulier, les Etats-Unis sont à l’époque une société ségrégationniste, et Olivier Wieviorka6 a montré les réticences britanniques à accueillir sur le territoire les soldats noirs américains en vue du débarquement en Normandie. On sait aussi que les Etats-Unis ont fait pression sur les Français pour que les soldats coloniaux d’Afrique subsaharienne ne soient pas partie prenante de la 2e D.B. destinée à libérer Paris…

Dans la dernière partie de son livre, Julien Fargettas analyse les conditions de la sortie de guerre des tirailleurs sénégalais, en insistant sur le sens à donner aux nombreux incidents qui éclatent dès l’automne 1944 au sein des rapatriables africains, avec comme paroxysme la révolte du camp de Tiaroyé, réprimée dans le sang le 1er décembre 1944, par l’armée française. Il montre en quoi il est inexact de présenter cette rébellion – pourtant devenu un « lieu de mémoire » africain, comme une révolte indépendantiste, les revendications exprimées étant surtout d’ordre matériel. Ajoutons d’ailleurs que dans les unités dépêchées par le pouvoir colonial pour mater le mouvement se trouvaient des tirailleurs qui lui sont donc restés loyaux, tirailleurs qui sont également présents lors de la répression des émeutes dans la région de Sétif en mai 1945…

1 Branche, Raphaëlle, « La violence coloniale. Enjeux d’une description et choix d’écriture », Tracés. Revue de sciences humaines, 19/2010, p.32.

2Le Gac, Julie, « Splendeurs et misères du Corps expéditionnaire français en Italie, 1943-1944 », Thèse de doctorat sous la direction d’Olivier Wieviorka soutenue en décembre 2011 à l’ENS de Cachan.

3Ingrao, Christian, Les chasseurs noirs. Essai sur la Sondereinheit Dirlewanger, Paris Perrin, 2006.

4  Voir à ce sujet Lieb, Peter, Konventioneller Krieg oder NS-Weltanschauungskrieg? Kriegführung und Partisanenbekämpfung in Frankreich 1943/44, Oldenburg, 2007.

5  Muracciole, Jean-François, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009.

6Wieviorka, Olivier, Histoire du débarquement en Normandie, des origines à la libération de Paris (1941-1944), Paris, Le Seuil, 2006.