Archive: conférence « La guerre psychologique »

Durant les conflits coloniaux qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les officiers français, comme leurs homologues britanniques et portugais, ont développé un intérêt poussé pour les questions relevant de la propagande. Il existe dans les archives militaires un important corpus de textes portant sur ces sujets.

La conférence que nous mettons ici en ligne relève de ce genre de préoccupations. Diffusée au Centre d’instruction pacification et contre-guérilla d’Arzew, elle a une histoire complexe qui explique en partie la manière dont elle est structurée. Elle s’appuie sur une première conférence écrite par Antoine Bonnemaison, intitulée : « Les fondements de la guerre psychologique ». Antoine Bonnemaison est un colonel du SDECE, spécialiste de la guerre psychologique, ancien chef du renseignement du Corps Franc Pommiès, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est invité à Alger, à quatre reprises, à la fin de 1957 et au début de 1958, par le général Salan, pour y exposer ses idées sur le sujet à des parterres d’officiers.

C’est à ce moment que le texte de sa conférence est intégré au répertoire des 5èmes bureaux. Il devient un des principaux éléments de l’instruction du CIPCG. Ce centre accueille alors les officiers arrivant en poste en Algérie chargés d’un commandement territorial. Le texte se voit ajouter une longue introduction, « D’où vient la volonté de guerre ? » et quelques modifications mineures. Au CIPCG, la conférence de Bonnemaison devenue « La guerre psychologique » est professée devant des centaines d’officiers, mais aussi imprimée à de nombreux exemplaires. C’est l’origine de la présente version.

De son côté, le commandant Cogniet, infatigable conférencier, s’approprie le texte qu’il modifie sensiblement. Cogniet est certainement l’auteur de la nouvelle introduction. Il rajoute également des considérations tirées des conférences de Charles Lacheroy, et donne au texte une tournure outrancière très personnelle. Il répète cette nouvelle conférence, « La guerre révolutionnaire »,  devant des publics tant militaires que civils, en Algérie mais aussi en métropole.

Il est intéressant de signaler que ce texte a également eu une postérité au Portugal. En effet des officiers portugais ont été accueillis, en Algérie, en 1958 et 1959, par les 5èmes bureaux. Ils ont suivi les stages d’Arzew et ont traduit ce texte en portugais, qui est plus tard intégré aux textes de référence portugais sur la guerre psychologique. Il continue donc à  jouer un rôle dans les guerres d’outre-mer portugaises.

Comme nous le voyons, la conférence d’Antoine Bonnemaison est certainement un des discours qui fut le plus diffusé durant le conflit par son auteur mais surtout par les 5èmes bureaux. C’est pourquoi nous la mettons en ligne.

Archive : Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire

Voici un autre document issu de nos collections personnelles. Il s’agit ici d’une brochure éditée par le 5ème bureau de la Xème région militaire (Algérie) en 1958. Les 5ème bureaux sont des organismes typiques de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Créés en juillet 1957 et dissouts en février 1960, ils étaient chargés, au sein des états-majors, de nombreuses tâches regroupées sous le vocable « action psychologique ». Ses missions comportant la propagande en direction des officiers, de la troupe, et de la population algérienne, les mènent à concevoir un programme politique prônant une réforme radicale de la société coloniale, l’intégration, et donc à assumer une position tranchant avec le principe de soumission du militaire au politique.

Rédigé par un officier du 5ème bureau d’Alger, cette brochure participe de l’effort de documentation des officiers itinérants d’action psychologique (OI).  Le corps des OI, créé en 1956, est chargé de « porter la bonne parole » au sein des unités stationnées en Algérie et de leur faire comprendre la nécessité de l’action psychologique. Souvent considérés comme des commissaires politiques, ces officiers, recrutés parmi d’anciens prisonniers du Vietminh,  sont dotés d’une importante documentation devant les aider à convaincre leurs homologues en poste en Algérie. « Rébellion en Algérie et guerre révolutionnaire » en est issue.

Son objet principal est de prouver l’illégitimité du mouvement nationaliste algérien en traçant un historique du FLN inséré dans les théories alors en cours portant sur la « guerre révolutionnaire ». Son avant-propos fait donc logiquement référence aux écrits du colonel Lacheroy sur  le « scénario-type de la guerre révolutionnaire » que nous vous avons présentés précédemment. Son découpage en cinq parties répond aux cinq phases distinguées par Lacheroy.

La collusion entre nationalisme algérien et communisme international prime dans l’argumentaire déployé. Dans les faits, les rapports entre le FLN et les communistes sont chaotiques et le soutien soviétique principalement diplomatique. Les mouvement anticolonialistes sont présentés comme le fruit direct de la révolution bolchévique, « d’un plan dont le communisme international est le principal inspirateur, et le seul bénéficiaire ».  L’influence du communisme sur la genèse du mouvement messaliste est sans cesse soulignée, de même que l’influence de l’Égypte nassérienne sur le déclenchement de l’insurrection. Le nationalisme algérien est perçu comme une construction artificielle servant les intérêts de Moscou

La conclusion à laquelle parvient le capitaine Mercier est pour le moins surprenante. Pour lui, le FLN a mal interprété « les maîtres de la guerre révolutionnaire » et « ne fait plus la Guerre révolutionnaire et […], s’il la fait, il la fait mal ». Au lieu d’accepter l’idée que le FLN agit et se développe pragmatiquement, sans grandes théories préconçues, au gré de la répression française et des dissensions internes, Mercier ne voit qu’un grand plan ourdi de Moscou et mal exécuté. Or, ces théories sur les phases de la guerre révolutionnaires ne sont ni marxistes, ni frontistes, mais bien celles de militaires français cherchant à comprendre un ennemi qu’il saisissent difficilement. De fait, en Algérie, les principaux « maîtres de la guerre révolutionnaire », au sens où l’entend Mercier, sont français.

 

Archive : Scénario-type de guerre révolutionnaire

Les guerres coloniales puis de décolonisation sont, depuis de nombreuses années, largement étudiées. Les armées qui y participèrent le sont moins. Le groupe de travail de l’IHA qui « arme » ce blog en a fait son sujet d’étude. Il propose ici de mettre à la disposition de ses lecteurs des documents d’époque, publics ou privés. Il a pour ce faire entrepris une démarche officielle auprès du service historique de la Défense afin de pouvoir y numériser des documents puis de les mettre à la disposition des lecteurs du blog. Il propose également, en complément de cette démarche officielle, de mettre en ligne des documents d’origine privée fournis par les membres du groupe de travail et mis à la disposition du blog par ses lecteurs. Dans ce cas les documents sont simplement accompagnés d’une brève introduction contextuelle comme c’est ici le cas avec la mise en ligne de Scénario type de guerre révolutionnaire du colonel Lacheroy.

Scénario-type de guerre révolutionnaire est rédigé par le « colonel d’infanterie coloniale » Lacheroy en 1955 puis publié par la Section de documentation militaire de l’Outre-mer. C’est un document de travail relativement court (8 pages) qui présente les « cinq phases de la guerre révolutionnaire ». L’auteur souhaite, en l’écrivant faire réfléchir les officiers qui le liront afin qu’ils recherchent «  les formules à opposer au déroulement de ce scénario type dans les deux hypothèses […] on se trouve en présence des deux premières phases, c’est-à-dire de l’action insurrectionnelle, […], à partir du moment où la seconde phase est dépassée et où l’action fait place peu à peu à la guerre révolutionnaire ».

Son intérêt réside dans la définition et la vision données en 1955 de la guerre révolutionnaire. Cette définition et cette vision pourront être complétés et comparés à d’autres documents de même nature rédigés par d’autres, à d’autres moments des guerres de décolonisation.

Frédéric Guelton