« Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités 1939 » de Julien Fargettas

Fargettas, Julien, Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités 1939-1945, Paris, Tallandier, 2012.

Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Julien Fargettas retrace l’histoire d’un corps de l’armée coloniale, les tirailleurs sénégalais, unité régulière créée en 1857 par le gouverneur du Sénégal Louis Faidherbe. Un corps qui, en dépit de son nom, ne regroupe pas uniquement des tirailleurs sénégalais mais des soldats originaires d’Afrique occidentale française et d’Afrique équatoriale française. D’ailleurs, les Sénégalais sont bien souvent minoritaires dans ces formations.

Imaginés au départ comme des forces supplétives pour l’entreprise de colonisation, ces tirailleurs sont finalement mobilisés sur les théâtres d’opérations européens lors de la Grande Guerre, non sans de houleux débats autour de l’emploi de cette « force noire », appelée de ses vœux par Mangin, auteur du best-seller du même nom en 1910. L’utilisation des troupes noires de l’Empire fait au contraire consensus pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui est l’objet de l’étude de Julien Fargettas.

Dans la première partie de son livre, l’auteur montre comment l’on passe de l’emploi de forces supplétives à une mobilisation massive pendant la Seconde Guerre mondiale, et selon quelles modalités et éventuelles résistances. Notamment, il insiste sur la rupture que constitue la Grande Guerre dans la militarisation des sociétés africaines, et qui préfigure la loi de 1919 sur la conscription dans les territoires français de l’Afrique subsaharienne. Les rappels sur les statuts juridiques de ces combattants, ainsi que sur les disparités selon les territoires sont particulièrement bienvenus. Les tirailleurs sénégalais sont en effet des soldats sujets, qui n’ont pas la citoyenneté française, à l’exception des « originaires » (des quatre communes du Sénégal) et des « évolués » situés au sommet de la hiérarchie des colonisés qui bénéficient de droits particuliers. En revanche, ils sont tous soumis au commandement du cadre européen, dont Julien Fargettas souligne le paternalisme. Un paternalisme dont on aurait apprécié qu’il soit plus précisément caractérisé, en prenant en compte les apports récents de l’historiographie du fait colonial. En effet, loin d’être neutre, le « paternalisme » dont font preuve les cadres européens, constitue une forme de violence coloniale exercée sur le tirailleur, dont Raphaëlle Branche a bien montré qu’elle définit une relation structurelle entre le dominant et le dominé1.

De même, le passage sur la consommation d’alcool, considéré « comme une importante source de désordre  dans les unités » par Julien Fargettas, manque un peu de recul critique. L’image du soldat colonial alcoolisé ne se maitrisant plus fait partie du topos colonial, et l’alcoolisme touche bien évidemment toutes les unités. De même, si l’auteur insiste sur la représentation coloniale du « grand enfant » mais farouche guerrier, des comparaisons avec le discours tenu sur les autres soldats coloniaux, par exemple maghrébins permettraient sans doute d’approfondir l’analyse. La théorie des « races martiales », développée à la fin du 19e siècle, créé en effet une hiérarchie entre les combattants coloniaux, y compris entre les soldats noirs. Julie Le Gac2 a d’ailleurs montré que cette théorie évolue fortement entre les deux guerres et même au cours de la deuxième. En 1943-1945, les soldats nord-africains, notamment marocains, sont considérés comme bien meilleurs combattants que les hommes originaires d’Afrique subsaharienne, ce qui n’était pas le cas au moment de la publication des thèses de Mangin. Enfin, si l’encadrement indigène est rapidement évoqué, la question de savoir si le métier des armes constitue une possibilité d’ascension sociale pour certains colonisés, bref, si l’armée constitue ou non une institution plus égalitaire que d’autres dans le système colonial n’est pas assez explorée.

Dans la seconde partie de son livre, Julien Fargettas s’attache à rendre compte des combats menés par ces tirailleurs sénégalais, de la campagne de France de mai 1940 à la libération du territoire métropolitain au sein de la Première armée française, d’août à octobre 1944, en passant par les engagements en Afrique, en Italie et sur l’Ile d’Elbe. L’auteur analyse longuement la campagne de France et les massacres dont ont été victimes les soldats noirs par les troupes de la Wehrmacht. Julien Fargettas montre que les soldats de la Wehrmacht se sont livrés à une véritable traque des tirailleurs, qui, une fois morts ou faits prisonniers, constituaient de véritables trophées de guerre… Une analyse qui rappelle le travail de Christian Ingrao sur la division Dirlewanger, composée d’hommes aux compétences cynégétiques reconnues, préparés aux opérations de traque de partisans sur le front oriental3.

L’auteur démontre de façon convaincante qu’une telle violence raciste trouve ses racines dans la mémoire de la «Honte » Noire, le discours raciste nazi dont ont été abreuvés les soldats allemands, et l’expérience de la campagne de Pologne, dont certains reviennent tout juste. Cet épisode contredit avec force l’idée d’une Wehrmacht « correcte » sur le front occidental, mais plus encore celle, moins souvent remise en cause, d’un front occidental qui ne se serait pour ainsi dire « orientalisé » qu’à partir des années 1943-1944, notamment dans le cadre de la lutte contre les maquisards4. Même si la violence exercée sur le front français par la Wehrmacht n’a jamais atteint l’ampleur qu’elle a trouvée sur le front oriental, il n’en demeure pas moins que de nombreux crimes de guerre sont commis sur le sol français dès les premiers jours de l’invasion allemande. Au passage, la violence extrême des combats entre les unités de tirailleurs sénégalais et les soldats allemands écorne un autre mythe – celui d’une armée de 40 qui n’aurait pas combattu.

Par ailleurs, à la suite des travaux initiés par Armelle Mabon, Julien Fargettas souligne une autre expérience de guerre qu’est la captivité, captivité bien particulière puisqu’elle a lieu en France, et non en Allemagne, là encore pour des raisons d’idéologie raciste. Il décrit des conditions de vie très disparates selon les camps, souvent mis en place de manière hâtive et improvisée, d’abord gardés par les Allemands, puis par des Français. En revanche, les maladies atteignent les prisonniers coloniaux de plein fouet, et 14% d’entre eux meurent d’infections pulmonaires lors du premier hiver…

Julien Fargettas évoque l’épisode peu connu des nombreux engagements de tirailleurs sénégalais dans la Résistance. Il montre comment ces soldats instruits sont de plus en plus convoités par les maquis qui se structurent à partir de 1943. Mais si l’auteur montre bien les conditions de l’engagement dans la Résistance des prisonniers de guerre africains, il ne distingue à aucun moment entre les soldats conscrits dans l’armée de Vichy puis l’armée de la libération et les tirailleurs engagés dans la France libre, autre forme de résistance. Si pour les premiers, la question du choix et des motivations ne se pose guère puisqu’ils sont des conscrits, les seconds sont juridiquement considérés comme des volontaires. Dans les faits, les circonstances de leur engagement sont sans doute beaucoup plus complexes, et différenciées selon les territoires de l’Empire qui se rallient progressivement à l’Empire. Jean-François Muracciole5 a bien montré comment il était délicat de mesurer le degré de liberté qui préside à l’engagement de ces volontaires colonisés.

Enfin, l’auteur souligne que les tirailleurs sénégalais sénégalais sont plutôt favorables aux Américains. On aurait pourtant souhaité des développements sur l’attitude – et les stéréotypes – des Alliés à l’égard des troupes noires. En particulier, les Etats-Unis sont à l’époque une société ségrégationniste, et Olivier Wieviorka6 a montré les réticences britanniques à accueillir sur le territoire les soldats noirs américains en vue du débarquement en Normandie. On sait aussi que les Etats-Unis ont fait pression sur les Français pour que les soldats coloniaux d’Afrique subsaharienne ne soient pas partie prenante de la 2e D.B. destinée à libérer Paris…

Dans la dernière partie de son livre, Julien Fargettas analyse les conditions de la sortie de guerre des tirailleurs sénégalais, en insistant sur le sens à donner aux nombreux incidents qui éclatent dès l’automne 1944 au sein des rapatriables africains, avec comme paroxysme la révolte du camp de Tiaroyé, réprimée dans le sang le 1er décembre 1944, par l’armée française. Il montre en quoi il est inexact de présenter cette rébellion – pourtant devenu un « lieu de mémoire » africain, comme une révolte indépendantiste, les revendications exprimées étant surtout d’ordre matériel. Ajoutons d’ailleurs que dans les unités dépêchées par le pouvoir colonial pour mater le mouvement se trouvaient des tirailleurs qui lui sont donc restés loyaux, tirailleurs qui sont également présents lors de la répression des émeutes dans la région de Sétif en mai 1945…

1 Branche, Raphaëlle, « La violence coloniale. Enjeux d’une description et choix d’écriture », Tracés. Revue de sciences humaines, 19/2010, p.32.

2Le Gac, Julie, « Splendeurs et misères du Corps expéditionnaire français en Italie, 1943-1944 », Thèse de doctorat sous la direction d’Olivier Wieviorka soutenue en décembre 2011 à l’ENS de Cachan.

3Ingrao, Christian, Les chasseurs noirs. Essai sur la Sondereinheit Dirlewanger, Paris Perrin, 2006.

4  Voir à ce sujet Lieb, Peter, Konventioneller Krieg oder NS-Weltanschauungskrieg? Kriegführung und Partisanenbekämpfung in Frankreich 1943/44, Oldenburg, 2007.

5  Muracciole, Jean-François, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009.

6Wieviorka, Olivier, Histoire du débarquement en Normandie, des origines à la libération de Paris (1941-1944), Paris, Le Seuil, 2006.

 

Colloque « De Gaulle et l’Algérie »

Le colloque aura lieu à l’Hôtel des Invalides, amphithéâtre Austerlitz.

Il est organisé par un comité scientifique composé de Georgette Elgey, Jacques Frémeaux, Chantal Morelle, Jean-Pierre Rioux, Benjamin Stora et Maurice Vaïsse.

Avec le concours de la Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives et des Archives Nationales.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

L’inscription est obligatoire avant le vendredi 29 février et se fait auprès de : maurice.vaisse@sciences-po.fr

Vers le programme

Colloque La Nation et ses « rapatriés »: Pieds noirs et « Vertriebene » dans une perspective comparative

Ce colloque international est organisé par l’université de Bochum (M. Borutta), l’université de Constance (J. C. Jansen) et l’IHA (S. Martens / S.Prauser) en coopération avec le Exzellenzcluster « Kulturelle Grundlagen von Integration » (université de Constance), le projet de recherche « Globale Prozesse (18.–20. Jahrhundert) » (université de Constance), l’IUF, le Zentrum für Mittelmeerstudien (université de Bochum) et le soutien de la Direction de la mémoire du patrimoine et des archives (DMPA)

Du mercredi 7 mars au vendredi 9 mars 2012, à l’IHA:

La Nation et ses « rapatriés » : Pieds noirs et « Vertriebene » dans une perspective comparée

Nouveau cycle de conférences: la guerre au XXe siècle

Mardi 14 février 2012, à 18h, à l’IHA

La table ronde L’occupation allemande en France en 14–18, l’IHA inaugure un nouveau cycle de conférences consacré à la guerre au XXe siècle. Arndt Weinrich et Steffen Prauser, directeurs de projets à l’IHA consacré à la Première Guerre mondiale et aux guerres de décolonisation, ont conçu un cycle de conférences destiné à favoriser une lecture transversale des différents conflits armés en s’appuyant sur les derniers courants historiographiques, délibérément interdisciplinaires.

Jusqu’en juin 2012, sept manifestations seront centrées sur la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les cycles suivants analyseront d’autres moments-clés de la guerre »chaude« ou »froide« au XXe siècle, notamment les conflits après 1945 et les guerres de décolonisation.

Vers le programme du cycle de conférence

Sigles et abréviations: le language de la modernité

Le Service historique de la Défense a récemment mis en ligne un instrument que béniront les chercheurs qui arpentent les dédales administratifs de l’institution militaire : le Lexique des sigles et abréviations civils militaires, 1939-1964 de Michel Serge Hardy. Trois cent pages de sigles et acronymes. Ce travail de bénédictin rend encore plus évident la propension du monde militaire à produire un langage spécialisé dont l’hermétisme peut déstabiliser les jeunes chercheurs peu accoutumés à un telle floraison d’acronymes.
Au-delà de l’utilité indéniable de ce lexique, une histoire culturelle du monde militaire ne peut faire l’économie d’une réflexion critique du fait langagier. Que recouvre cette abondance de sigles ? Comment s’inscrit-elle dans la société militaire ? Quelles sont les conditions de sa production ? Nous n’entendons pas dans ce court billet répondre à ces questions mais simplement ébaucher quelques pistes de réflexion.
Premièrement, il apparaît évident que ce vocabulaire est à comprendre comme un reflet de la nature organisationnelle de la société militaire, composée de nombreux corps et échelons hiérarchiques. Les sigles permettent l’identification des sous-ensembles qui composent l’armée et la codification de leurs rapports mutuels. Désigner, nommer, classer se réfèrent donc à une activité d’organisation rationalisée. Il s’agit, sous cet angle, d’une recherche d’efficacité sans signification politique particulière.
Deuxièmement, l’institution produit ici un langage qui lui est propre et dont la maîtrise relève d’un savoir administratif, attribut du pouvoir hiérarchique. Etre capable d’utiliser ce langage et plus simplement de le comprendre permet d’agir dans les rapports de pouvoir qui parcourent l’institution. Les sigles sont donc les mots d’un langage de pouvoir, s’exprimant au sein de l’institution mais aussi dans la délimitation entre l’intérieur et l’extérieur. Ils portent et résument autant l’identité militaire en général que les identités collectives des corps et régiments, comme, dans un autre registre, les sigles désignant des organisations politiques.
Troisièmement, la siglaison apparaît comme une des expressions langagières de la modernité. Il s’agit de nommer le nouveau, là où le chiffre et le mot ne suffisent plus. Dans ce siècle des sigles qu’est le 20ème siècle, l’armée ne se comporte qu’avec un entrain légèrement supérieur au reste de la société. Ce fait est particulièrement prégnant dans le vocabulaire militaire propre à la guerre d’Algérie où l’usage du sigle déborde le monde militaire et permet la désignation de la société algérienne et de l’ennemi. Ainsi la désignation des Algériens par tout une série d’abréviation, (FSNA, FMA, FSC… ) marque l’exercice d’un pouvoir par l’acte de nommer, de désigner comme français et dans le même mouvement de distinguer des Français, mais  recouvre aussi le refus des catégories antérieures, comme « indigène ».

Cet usage extensif des sigles par les militaires français nous semble pouvoir être interprété à la fois comme un langage technique, un langage politique et le fruit d’une confrontation avec la modernité technique et politique.