Colloque La Nation et ses « rapatriés »: Pieds noirs et « Vertriebene » dans une perspective comparative

Ce colloque international est organisé par l’université de Bochum (M. Borutta), l’université de Constance (J. C. Jansen) et l’IHA (S. Martens / S.Prauser) en coopération avec le Exzellenzcluster « Kulturelle Grundlagen von Integration » (université de Constance), le projet de recherche « Globale Prozesse (18.–20. Jahrhundert) » (université de Constance), l’IUF, le Zentrum für Mittelmeerstudien (université de Bochum) et le soutien de la Direction de la mémoire du patrimoine et des archives (DMPA)

Du mercredi 7 mars au vendredi 9 mars 2012, à l’IHA:

La Nation et ses « rapatriés » : Pieds noirs et « Vertriebene » dans une perspective comparée

Nouveau cycle de conférences: la guerre au XXe siècle

Mardi 14 février 2012, à 18h, à l’IHA

La table ronde L’occupation allemande en France en 14–18, l’IHA inaugure un nouveau cycle de conférences consacré à la guerre au XXe siècle. Arndt Weinrich et Steffen Prauser, directeurs de projets à l’IHA consacré à la Première Guerre mondiale et aux guerres de décolonisation, ont conçu un cycle de conférences destiné à favoriser une lecture transversale des différents conflits armés en s’appuyant sur les derniers courants historiographiques, délibérément interdisciplinaires.

Jusqu’en juin 2012, sept manifestations seront centrées sur la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les cycles suivants analyseront d’autres moments-clés de la guerre »chaude« ou »froide« au XXe siècle, notamment les conflits après 1945 et les guerres de décolonisation.

Vers le programme du cycle de conférence

Sigles et abréviations: le language de la modernité

Le Service historique de la Défense a récemment mis en ligne un instrument que béniront les chercheurs qui arpentent les dédales administratifs de l’institution militaire : le Lexique des sigles et abréviations civils militaires, 1939-1964 de Michel Serge Hardy. Trois cent pages de sigles et acronymes. Ce travail de bénédictin rend encore plus évident la propension du monde militaire à produire un langage spécialisé dont l’hermétisme peut déstabiliser les jeunes chercheurs peu accoutumés à un telle floraison d’acronymes.
Au-delà de l’utilité indéniable de ce lexique, une histoire culturelle du monde militaire ne peut faire l’économie d’une réflexion critique du fait langagier. Que recouvre cette abondance de sigles ? Comment s’inscrit-elle dans la société militaire ? Quelles sont les conditions de sa production ? Nous n’entendons pas dans ce court billet répondre à ces questions mais simplement ébaucher quelques pistes de réflexion.
Premièrement, il apparaît évident que ce vocabulaire est à comprendre comme un reflet de la nature organisationnelle de la société militaire, composée de nombreux corps et échelons hiérarchiques. Les sigles permettent l’identification des sous-ensembles qui composent l’armée et la codification de leurs rapports mutuels. Désigner, nommer, classer se réfèrent donc à une activité d’organisation rationalisée. Il s’agit, sous cet angle, d’une recherche d’efficacité sans signification politique particulière.
Deuxièmement, l’institution produit ici un langage qui lui est propre et dont la maîtrise relève d’un savoir administratif, attribut du pouvoir hiérarchique. Etre capable d’utiliser ce langage et plus simplement de le comprendre permet d’agir dans les rapports de pouvoir qui parcourent l’institution. Les sigles sont donc les mots d’un langage de pouvoir, s’exprimant au sein de l’institution mais aussi dans la délimitation entre l’intérieur et l’extérieur. Ils portent et résument autant l’identité militaire en général que les identités collectives des corps et régiments, comme, dans un autre registre, les sigles désignant des organisations politiques.
Troisièmement, la siglaison apparaît comme une des expressions langagières de la modernité. Il s’agit de nommer le nouveau, là où le chiffre et le mot ne suffisent plus. Dans ce siècle des sigles qu’est le 20ème siècle, l’armée ne se comporte qu’avec un entrain légèrement supérieur au reste de la société. Ce fait est particulièrement prégnant dans le vocabulaire militaire propre à la guerre d’Algérie où l’usage du sigle déborde le monde militaire et permet la désignation de la société algérienne et de l’ennemi. Ainsi la désignation des Algériens par tout une série d’abréviation, (FSNA, FMA, FSC… ) marque l’exercice d’un pouvoir par l’acte de nommer, de désigner comme français et dans le même mouvement de distinguer des Français, mais  recouvre aussi le refus des catégories antérieures, comme « indigène ».

Cet usage extensif des sigles par les militaires français nous semble pouvoir être interprété à la fois comme un langage technique, un langage politique et le fruit d’une confrontation avec la modernité technique et politique.

D’une guerre à l’autre

Le carnet suivra les recherches et les activités (séminaire, colloque, publications) du groupe de travail « Histoire sociale et culturelle de l’armée française » de l’Institut historique allemand. Ce projet s’inscrit dans une perspective à la fois comparative (incluant dans l’objet d’étude des cas tirés d’autres puissances européennes) et pluri-disciplinaire, permettant de combiner les approches de l’histoire sociale, culturelle et militaire. Nous cherchons à répondre à des questions aussi variées que celles de la politique de la lutte antiguérilla (incluant des sujets aussi pénibles que l’emploi de la torture) ; les relations entre troupes coloniales et civils colonisés, entre officiers et soldats de rang souvent issus des populations colonisées (comme par exemple les harkis), entre les armées engagées dans l’empire et, d’une part, les dirigeants français et, d’autre part, les populations métropolitaines ; le contrôle de la sexualité ; le droit international ; et les grandes transformations à l’intérieur des armées pendant la période de décolonisation. Ce groupe est l’initiateur d’un réseau européen appliquant les même approches à l’étude des autres forces armées européennes. Ce réseau se veut une plateforme favorisant les rencontres et les échanges entre chercheurs (doctorants et universitaires) dans l’optique de favoriser l’écriture d’une histoire comparée de nos thématiques. Dans ce but il organisera des colloques internationaux et se chargera de publier les travaux liés à nos recherches.